Le Japon a regretté, vendredi, la décision de la Corée du Sud de rompre un accord bilatéral de partage de renseignements militaires et a demandé à Séoul de reconsidérer sa position, rapportent les médias locaux.

La décision est “très malheureuse” dans le contexte de sécurité actuel dans la région, avec les lancements répétés de missiles par la Corée du Nord (six lancements en moins d’un mois), a déclaré, à la presse, le ministre japonais de la Défense, Takeshi Iwaya.

Grâce à l’accord, “nous avons échangé des informations utiles des deux côtés sur les incidents avec la Corée du Nord”, a-t-il-ajouté, en soulignant l’importance de maintenir la coopération trilatérale Tokyo-Séoul-Washington.

Le Japon ferait “tout son possible” pour assurer sa sécurité sur la base de son alliance avec les Etats-Unis”, a poursuivi le ministre japonais de la Défense, en appelant la Corée du Sud à “reconsidérer (sa décision) et à réagir avec sagesse”.

S’adressant aux journalistes avant de se rendre à Biarritz pour participer au sommet du G7, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a accusé la Corée du Sud de continuer à “nuire aux relations de confiance mutuelle” avec sa décision.

M. Abe a toutefois noté que la fin du pacte bilatéral ne devrait pas avoir d’incidence négative sur la coopération trilatérale avec les États-Unis.

La Corée du sud a annoncé, jeudi, sa décision de rompre l’accord de partage de renseignements militaires avec le Japon, dans le sillage de la dispute commerciale et diplomatique entre les deux pays.

La décision a été prise après une réunion du Conseil de sécurité nationale présidentiel, alors que l’accord en question devait être renouvelé automatiquement samedi.

La situation entre les deux pays s’est envenimée ces dernières semaines avec la décision de Tokyo de durcir à compter du 4 juillet les conditions d’exportation vers la Corée du Sud de trois composés chimiques utilisés dans les processus de fabrication de semi-conducteurs et d’écrans.

Puis Tokyo a décidé de dégrader le rang de Séoul dans la liste de ses partenaires commerciaux à partir du 28 août, rendant les procédures plus sévères pour l’exportation de produits jugés sensibles.

Cette mesure a été officiellement prise dans le cadre d’une révision de la liste des partenaires de confiance du Japon, pour des raisons de sécurité nationale. Mais elle s’inscrit sur fond de querelles bilatérales interminables, héritées de l’époque où la Corée du Sud était une colonie japonaise (1910-1945).

Bouton retour en haut de la page
Fermer