Des universitaires et des acteurs issus de divers horizons, accompagnés de M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et président-fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, ont effectué, vendredi, une visite au Lycée qualifiant Akensous, le temps d’une rencontre avec des élèves de cet établissement scolaire, qui a vu récemment la mise en place du premier “club de tolérance et de coexistence dans la diversité” à l’échelle du Maroc.

Dans un mot de circonstance, M. Azoulay a saisi cette occasion pour exprimer ses vifs remerciements et sa profonde gratitude à ces jeunes souiris pour leurs efforts qui viennent renforcer considérablement l’image de marque d’Essaouira et le rayonnement du Maroc sur la scène internationale.

Le Conseiller de SM le Roi a aussi tenu à souhaiter à ces jeunes élèves, très dynamiques, plein succès dans les actions et œuvres qu’ils mèneront dans le cadre de ce Club, avec un degré élevé de patriotisme, pour envoyer au monde entier un signal très fort et un message à grand impact qui ouvrira, sans nul doute, la voie à un avenir encore et toujours très prometteur pour le Royaume.

De son côté, le directeur provincial de l’Education nationale, Noureddine El Aoufi Laghzaoui, a dit toute sa fierté de prendre part à cette rencontre, tout en rappelant la portée de la convention de partenariat et de coopération pour la promotion des valeurs de tolérance, de diversité et de coexistence dans les établissements scolaires et universitaires, signée entre le ministère de l’Education Nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Centre d’Etudes et de Recherches sur le Droit Hébraïque au Maroc et l’Association Essaouira-Mogador, moins d’un an après la visite historique effectuée par SM le Roi Mohammed VI à Essaouira.

M. El Aoufi Laghzaoui a indiqué qu’un avenant à ladite convention a été aussi conclu entre la direction provinciale, ledit Centre et l’Association Essaouira-Mogador, en vue de mettre en œuvre un programme d’action commun, axé notamment sur la création des clubs de tolérance dans les établissements scolaires relevant de la direction et sur l’appui et l’accompagnement des programmes et activités de ces clubs.

Et le responsable de préciser que 110 clubs de tolérance ont été créés dans les établissements scolaires au niveau de la province, réitérant l’engagement de la direction provinciale à réunir toutes les conditions de succès à ce projet fort ambitieux, afin d’atteindre les objectifs souhaités et d’ancrer davantage les valeurs de tolérance et de coexistence.

De son côté, le président-exécutif du Centre d’Etudes et de Recherches sur le Droit Hébraïque au Maroc, Abdellah Ouzitane, a salué la création de ces clubs de tolérance au sein des établissements scolaires de la province, ajoutant que cette initiative singulière se veut un message solennel au monde entier, porteur des nobles valeurs humanistes et universelles d’amour, de tolérance et de coexistence.

Relevant l’importance de telles actions qui consacrent la centralité de l’Humain et l’universalité des valeurs, M. Ouzitane a rendu un vibrant hommage aux membres et animateurs du club de tolérance du Lycée qualifiant Akensous, ainsi qu’aux responsables et cadres de la direction provinciale de l’Education nationale pour leur implication effective dans ce projet, qui vise la diffusion des valeurs de paix, de cohabitation et de vivre-ensemble harmonieux dans le cadre de la diversité et du respect de l’Autre.

Il a aussi exprimé la ferme volonté des membres du Centre à accompagner ces clubs en vue de réaliser les objectifs tracés, au service des intérêts supérieurs du Royaume, sous le leadership clairvoyant de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Pour sa part, le président-exécutif dudit Centre, Farid El Bacha, a rappelé que la première rencontre tenue, récemment, dans ce Lycée avec les membres et animateurs dudit club a été un moment très émouvant marqué par une interaction spontanée avec les élèves autour d’innombrables questions abordées telles que la promotion des valeurs de tolérance, de coexistence et de diversité, la riche histoire du judaïsme au Maroc et la place du Droit hébraïque dans le système juridique marocain.

Il a également insisté sur l’importance de dupliquer rapidement ces clubs de tolérance dans les autres régions du Royaume et dans les établissements universitaires, estimant qu’il s’agit là d’un projet très encourageant qui augure de belles perspectives à plusieurs égards.

Le président de l’Université Mohammed V de Rabat, Mohammed Rhachi, a indiqué, lui, que de telles rencontres et initiatives incitent à aller de l’avant pour participer et associer tout un chacun à ce processus déjà en marche, notant que les premiers pas franchis sur la voie de la mise en place de ces clubs dans les établissements d’enseignement ont été une véritable réussite.

M. Rhachi a expliqué que ce franc succès est, certes, un énorme honneur mais aussi une lourde responsabilité que tout le monde, notamment les jeunes d’aujourd’hui qui seront les hommes et femmes de demain, doit assumer pleinement afin de concrétiser les nobles missions dévolues à ces structures.

Quant au président du bureau exécutif de l’Association Essaouira-Mogador, Tarik Ottmani, il s’est réjoui de la mise en place de ces clubs de tolérance, affirmant que la relève est déjà assurée à travers ces jeunes élèves et étudiants pour pérenniser ce modèle unique et à suivre d’Essaouira, une “ville monde” nourrie et enrichie par la convergence et l’addition de plusieurs civilisations.

A travers ces clubs, a-t-il enchaîné, les jeunes souiris veilleront, avec détermination, à consolider la place d’Essaouira sur les scènes nationale et mondiale, notamment en termes de promotion et de consécration des nobles valeurs de vivre-ensemble, de tolérance et de respect de la diversité culturelle et religieuse, fortement enracinées dans l’histoire de cette cité millénaire.

M. Ottmani a, en outre, réitéré la détermination de l’Association et de “Bayt Dakira” d’accompagner et d’appuyer ces jeunes dans leurs démarches pour traduire dans les faits leurs plans d’action et perpétuer ainsi cet esprit de la cité des Alizés, qui a toujours donné l’exemple en matière de cohabitation et d’entente entre les différentes confessions et cultures.

Une visite similaire a été effectuée, samedi, au Lycée collégial Mohammed VI, au cours de laquelle les membres du club de tolérance de cet établissement ont pu échanger avec leurs homologues du club relevant du Lycée qualifiant Akensous, avant de livrer devant leurs invités des présentations axées notamment sur les modalités de création et de fonctionnement de leur club, ainsi que sur l’importance majeure du renforcement de la culture et des valeurs de paix, d’ouverture, de dialogue et de cohabitation entre les religions, à travers les activités et actions à mener par leur structure.

Bouton retour en haut de la page
Fermer