Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a procédé mardi à un remaniement ministériel pour remplacer le ministre des Finances, Bill Morneau qui a démissionné lundi soir alors que l’exécutif doit gérer la crise économique liée à la pandémie de Covid-19.

La vice-première ministre, Chrystia Freeland, devient ainsi la première femme à occuper le poste de ministre des Finances dans l’histoire du pays en remplacement de M. Morneau.

Journaliste de formation avant de faire un saut en politique en 2015, Mme Freeland avait supervisé les négociations du nouvel accord de libre-échange nord-américain.

Le président du Conseil privé de la Reine pour le Canada, Dominic LeBlanc hérite du portefeuille des Affaires intergouvernementales.

Lors d’une conférence de presse, M. Trudeau a affirmé avoir demander à la gouverneure générale Julie Payette de proroger le Parlement.

“Cela donnera l’occasion de présenter un discours du Trône le mercredi 23 septembre 2020, la même semaine que la Chambre des communes devait déjà revenir”, indique-t-on auprès du bureau du Premier ministre. Ce discours permettra également de présenter, en détail, l’approche du gouvernement pour l’avenir, ainsi que de tenir un vote de confiance sur ce nouveau plan.

Ces changements interviennent alors que le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau est dans la tourmente en raison d’une affaire d’éthique autour de l’organisme de bienfaisance Unis/We Charity depuis deux mois. Les partis de l’opposition réclament toujours la démission de M. Trudeau.

Ils reprochent au gouvernement d’avoir attribué sans appel d’offres un contrat de près d’un milliard de dollars à l’association Unis/We Charity, proche du clan Trudeau, pour la gestion d’un programme de bourses d’étude. Ce programme a été ensuite retiré début juillet sans pour autant mettre fin à la polémique.

MM. Trudeau et Morneau font l’objet d’une enquête du commissaire à l’éthique en raison des liens unissant l’organisme Unis et les familles des deux responsables.

Bouton retour en haut de la page
Fermer