Le président des Etats-Unis, Donald Trump a ordonné le retrait de 2500 soldats américains d’Afghanistan et d’Irak d’ici la mi-janvier, a annoncé mardi le secrétaire à la Défense par intérim, Christopher Miller.

Le département de la Défense réduira le nombre de soldats en Afghanistan de 4500 à 2500 et le nombre de forces en Irak de 3000 à 2500 d’ici le 15 janvier.

«J’annonce formellement que nous mettrons en œuvre les ordres du président Trump de poursuivre notre redéploiement des forces» d’Afghanistan et d’Irak”, a déclaré M. Miller à la presse.

Il a ajouté qu’il s’était entretenu auparavant dans la journée avec “les principaux dirigeants du Congrès ainsi que nos alliés et partenaires à l’étranger pour les informer de ces plans”.

Cette décision reflète, selon lui, le souhait du président Trump de “mettre fin avec succès et responsabilité aux guerres en Afghanistan et en Irak et de ramener nos courageux soldats à la maison”.

La réduction des troupes déployées dans les deux pays intervient 20 après l’offensive des États-Unis en Afghanistan et en Irak, deux ans après, quelques semaines après les attaques du 11 septembre 2001 contre les tours du World Trade Center à New York, revendiquées
par Al-Qaïda.

Bouton retour en haut de la page
Fermer