Les eurodéputés ont exigé de l’Union européenne (UE) une action rapide pour éviter une “récession majeure”.

Lors d’un webinaire sur le budget à long terme de l’UE et le plan de relance économique de l’Europe, les députés européens ont insisté pour que le fonds de relance prévu soit mis en place le plus vite possible afin d’éviter une telle perspective.

Lors de cette rencontre virtuelle avec les journalistes, les eurodéputés ont notamment salué la récente proposition franco-allemande d’un fonds de relance de 500 milliards d’euros, tout en réaffirmant la position du Parlement européen (PE) sur le plan de relance tel qu’adopté lors de la dernière session plénière.

Dans cette résolution, les eurodéputés exigeaient un plan de relance de 2.000 milliards d’euros, en insistant pour que le Parlement “soit associé à la définition, à l’adoption et à la mise en oeuvre du Fonds de relance” qui doit venir en sus du budget européen 2021-2027, “et non au détriment de programmes européens existants et futurs”.

“La pandémie de COVID-19 demeure une crise sanitaire majeure, et nous nous rendons compte qu’elle se transforme lentement mais sûrement en une récession majeure”, a mis en garde le président de la commission des budgets au PE, Johan Van Overtveldt, lors de la rencontre.

A ses yeux, ce qu’il faut résoudre dans les jours et les semaines à venir, “c’est comment concilier solidarité et responsabilité”.

“Si nous n’arrêtons pas la récession dans sa course le plus tôt possible, nous pourrions être confrontés à ce que je définis comme un nouvel ouragan financier”, a-t-il prévenu.

La Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devra présenter devant le Parlement européen le cadre financier pluriannuel (CFP) révisé ainsi que les propositions relatives au plan de relance, lors d’une session plénière extraordinaire prévue le 27 mai.

Après s’être mis d’accord sur un plan d’urgence à 540 millions d’euros pour répondre dans l’immédiat au choc économique provoqué par la pandémie, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-sept avaient chargé la Commission européenne d’établir les besoins par Etat et par secteur et de présenter une proposition de ce plan de relance.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer