Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a présenté, samedi à Harare (Zimbabwe), ses excuses suite aux violences xénophobes commises récemment dans son pays contre des ressortissants de pays africains.

«Je suis présent ici devant vous comme un frère africain, qui exprime ses regrets et présente ses excuses pour ce qui s’est passé dans mon pays», a dit Ramaphosa dans un discours lors des obsèques de l’ancien président zimbabwéen Robert Mugabe.

Hués par des milliers de Zimbabwéens en colère, Ramaphosa a réitéré l’engagement de son pays à endiguer les racines des violences contre les étrangers en Afrique du Sud.

Les violences, qui ont secoué notamment la ville de Johannesburg faisant une quinzaine de morts, ont provoqué une tension dans les relations entre l’Afrique du Sud et certains pays africains, notamment le Nigeria.

Des centaines de ressortissants nigérians et Zimbabwéens ont été rapatriés suite à ces incidents.

Dans son discours dans la capitale zimbabwéenne, Ramaphosa a insisté qu’en dépit des violences, les Sud-Africains «ne sont pas xénophobes». «Ce qui s’est passé en Afrique du Sud est contraire aux principes de l’unité des peuples africains», a-t-il dit.

Bouton retour en haut de la page
Fermer