La signature du roman “Al Khala Oum Hani”, de l’écrivaine marocaine Rabia Rayhan, a eu lieu lors d’une cérémonie organisée en marge de la 51ème édition du Salon international du livre du Caire, en présence d’une pléiade d’auteurs.

Publié par la maison d’édition égyptienne Al Ain, “Al Khala Oum Hani” (Tante Oum Hani), un roman qui incarne une partie importante de l’histoire de la ville de Safi, riche par ses secrets, sa vie et ses aspirations, est le deuxième roman de l’auteure marocaine, après son premier roman, “Tarik Al Gharam” (chemin de l’amour).

C’est une œuvre importante qui vient enrichir le répertoire de romans marocains et le projet de Rabia Rayhan, grâce auquel la romancière marocaine a réussi à transformer sa connaissance de la réalité de la vie marocaine en écriture créative et à présenter à travers la forme, le thème, la langue et les personnages un nouveau roman, qui enrichit la littérature marocaine moderne, a estimé Said Charaf, écrivain égyptien.

Pour sa part, Fatima El Boudi, directrice de la maison d’édition Al Ain, a estimé que “Tante Oum Hani” est un roman de générations à travers lequel l’auteure a réussi à “nous transporter par son style limpide dans l’univers d’une ville marocaine qui recèle civilisation, histoire, événements, secrets et contes”.

Ce roman présente un personnage exceptionnel qui “incarne la mémoire de la ville de Safi, riche par son histoire, ses secrets, sa vie, ses aspirations et ses rêves étouffés par de nombreux obstacles”, a souligné Rabia Rayhane.

C’est une oeuvre qui explore l’histoire de la ville avec ses détails et ses personnages que “Tante Oum Hani” a vécu dans les années 1950 et 1960 et transmis à sa fille adoptive, a-t-elle expliqué.

La romancière Rabia Rayhan a remporté le premier prix de la créativité féminine aux Émirats arabes unis pour sa collection “Matar Al Massae”. Ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues étrangères.

Bouton retour en haut de la page
Fermer