Ce sont environ 100 jeunes filles de plusieurs villes de la région du Nord qui ont bénéficié pendant six mois du projet “Hikayat Shahrazad”, visant à faire du conte populaire un outil efficace d’encadrement et de consolidation d’un nombre de valeurs et de compétences.

Organisée par l’Académie du Changement en partenariat avec six associations locales de Tétouan, Martil, M’diq, Fnideq et Belyounech, la première phase du projet s’est achevée dimanche, après avoir fait du patrimoine oral un outil d’amélioration pour ces filles, âgées entre 16 et 26 ans, pour devenir des actrices de leur communauté.

S’agissant de la philosophie de ce projet culturel et social, la coordinatrice du programme “Hikayat Shahrazad”, Mariam Abboudi, a déclaré à MAP que cette initiative repose sur l’organisation d’une série d’ateliers encadrés par des écrivains et des conteurs professionnels, en vue de cultiver la confiance en soi chez la jeune fille et consolider les valeurs de l’égalité.

L’Académie du Changement a trouvé dans le conte populaire le meilleur moyen de cultiver les valeurs de citoyenneté auprès de ce groupe de filles qui vivaient autrefois dans l’ombre, selon Mme Abboudi, qui affirme que le projet à aussi redonné vie à ce patrimoine et a encouragé les bénéficiaires à l’écriture et à la lecture.

Les résultats du projet sont prometteurs, certains récits de “Hikayat Shahrazad” ayant commencé à se refléter dans les pratiques et valeurs des jeunes filles, restées longtemps prisonnières d’un modèle sociétal dominé par la gent masculine.

Warda Naji, bénéficiaire et adhérente de l’Association Al-Moutakbal pour le développement local, la culture et l’action sociale à Belyounech, n’a pas manqué, dans ce sens, de faire part du tournant positif qu’a connu son quotidien depuis son adhésion à cette initiative.

Cette jeune fille, originaire du village enclavé de Belyounech, explique, dans un language clair et sans ambages, que le projet a contribué au renforcement de “notre culture générale et de notre éducation, ainsi qu’à booster notre estime en nous-mêmes”.

“Le but ultime n’est pas seulement de parvenir à ce changement personnel, mais de devenir des acteurs actifs au sein de notre environnement”, a-t-elle précisé, affirmant avec que le programme a permis aux bénéficiaires d’apprendre les techniques de narration et la conception d’intrigues, ainsi que de transmettre les valeurs de la citoyenneté.

Dans la même veine, le membre fondateur du Forum Shahrazad, Youssef Margui a fait savoir que l’association s’est engagée à travailler sur les divers genres littéraires et faire revivre le patrimoine oral en vue de consolider les valeurs humaines et universelles.

Le programme “Hikayat Shahrazad” est une passerelle entre le passé et le présent, qui vise à contribuer à un changement basé sur le renouveau des valeurs de la culture ancestrale marocaine, a-t-il dit, affirmant que les bénéficiaires ont acquis, à l’issue de cette phase du projet, des compétences nécessaires pour réaliser le changement.

Lors de la cérémonie de clôture, les jeunes filles ont exprimé leur fierté d’avoir participer à ce programme, qui leur a permis de développer un esprit critique et de renforcer leurs compétences en matière de communication et de travail en équipe.

Bouton retour en haut de la page
Fermer