La Corée du Nord a déclaré ne pas être intéressée par les négociations de dénucléarisation avec les Etats-Unis à moins que Washington ne retire sa politique “hostile”.

Kim Yong-chol, qui dirigeait auparavant les négociations en tant qu’homologue du secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a publié cette déclaration en réponse à la décision prise dimanche par la Corée du Sud et les États-Unis de reporter des exercices militaires à l’appui des efforts diplomatiques visant à dénucléariser le Nord.

“Ce que nous demandons aux Etats-Unis, c’est qu’ils se retirent des exercices militaires combinés avec la Corée du Sud ou les arrêtent complètement”, a déclaré Kim, vice-président du comité central du parti des travailleurs (ATS), dans un communiqué publié par l’agence de presse nord-coréenne, KCNA.

“Reporter les exercices militaires combinés ne garantit ni la paix ni la sécurité dans la péninsule coréenne, ni les efforts diplomatiques pour résoudre le problème”, a-t-il ajouté.

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, avait précédemment qualifié la décision de reporter les exercices militaires d’acte de bonne volonté et avait exhorté le Nord à reprendre les pourparlers de dénucléarisation sans hésitation.

“Il ne s’agit pas de discuter conjointement des questions d’amélioration des relations entre la RPDC et des États-Unis et d’établir un régime de paix dans le cadre des négociations de dénucléarisation”, a poursuivi le responsable nord-coréen, ajoutant que “ce n’est qu’après que la confiance sera établie entre la RPDC et les États-Unis, et que toutes les menaces entravant notre sécurité et notre développement seront complètement éliminées, que nous pourrons discuter du problème de la dénucléarisation.”

La déclaration de Kim Yong-chol intervient quelques heures seulement après qu’un autre responsable nord-coréen, Kim Kye-gwan, conseiller auprès du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, a tenu des propos similaires, affirmant que Pyongyang n’était plus intéressé par des discussions qui “ne nous apportent rien”.

Pyongyang a prévenu qu’elle chercherait une “nouvelle voie” à moins que Washington présente une proposition acceptable d’ici la fin de l’année.

Bouton retour en haut de la page
Fermer