L’Université Mohammed V de Rabat a été classée au premier rang en termes de nombre total de publications scientifiques indexées au Maroc, avec un total de 5.936 publications, selon un rapport de l’organisation Clarviate Analytics, spécialisée dans l’étude et l’analyse d’indicateurs de la recherche scientifique et académique.

L’organisation Clarviate Analytics a publié un rapport relatif à la production scientifique des universités et instituts de recherche scientifique marocains durant la période 2017-2020, selon la base de données Web of Science, a indiqué le département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ainsi, l’Université Mohammed VI se retrouve en tête du classement avec un total de 5.936 publications scientifiques indexées, suivie de l’Université Hassan II de Casablanca et de l’Université Cadi Ayyad avec 3.000 publications pour les deux établissements.

S’agissant de l’importance des revues dans lesquelles ses publications sont indexées, l’étude classe les revues en quatre catégories. Ainsi, les revues considérées à fort impact se situent dans le premier tableau (Q1), celles qui le sont un peu moins dans le deuxième (Q2), puis viennent le Q3 et le Q4.

A titre d’exemple, les universités de Mohammed 1er d’Oujda, Cadi Ayyad de Marrakech, Hassan II de Casablanca, Mohammed VI de Rabat, Mohammed VI Polytechnique de Benguerir, Al Akhawayn d’Ifrane ou encore l’Université internationale de Rabat ont enregistré un taux de publication important dans le premier tableau (Q1) à forte valeur.

En ce qui concerne les publications scientifiques réalisées dans le cadre de la coopération internationale ou dans le cadre d’un partenariat avec le secteur privé, les données indiquent qu’au moins un étudiant résidant à l’étranger participe à près de 40% des publications dans 72% pour la majorité des universités. Les premiers pays concernés par cette coproduction sont la France, l’Espagne, les États-Unis d’Amérique, l’Italie et l’Allemagne. En outre, la contribution d’un chercheur du secteur privé ne dépasse pas 2%.

Ces résultats reflètent les efforts constants déployés par le ministère de tutelle ces dernières années, pour promouvoir l’excellence et la qualité de la production scientifique et la contribution au rayonnement international de la recherche nationale, outre le développement des sciences et du savoir au service du pays, notamment à travers le financement de projets de recherche et la participation active des enseignants-chercheurs.

Bouton retour en haut de la page
Fermer