L’Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) et la Rabita Mohammadia des Oulémas ont signé, lundi à Rabat, un programme de coopération commun 2020-2022 visant la protection des jeunes du discours de l’extrémisme et de la radicalisation.

Le programme, signé par le directeur général de l’ISESCO, Salem Bin Mohammed Al Malik, et le Secrétaire général de la Rabita Mohammadia, Ahmed Abbadi, vise à élaborer des guides d’orientation, organiser des programmes de qualification et des stages de formation, donner des conférences éducatives et soutenir le programme de réseautage de recherche entre les universités, notamment dans le domaine des sciences humaines.

S’exprimant à cette occasion, M. Abbadi a indiqué que “ce programme vise deux objectifs principaux, d’abord soutenir le fonctionnalisme de la recherche scientifique au sein des universités qui abritent les recherches doctorales et de master en sciences humaines et en études islamiques”.

Le second, a-t-il poursuivi, concerne “l’effort conjoint de développer des systèmes visant à immuniser les jeunes, les adolescents et les enfants contre tous les germes de l’extrémisme, du terrorisme et du discours de haine dans le monde islamique, à travers des programmes de recherche et des activités scientifiques durables”, soulignant la nécessité de “développer des applications numériques ciblant ces groupes”.

Pour M. Al Malik, la signature de cet accord reflète l’importance de la coopération conjointe entre l’organisation et la Rabita en vue d'”immuniser les jeunes contre l’extrémisme et la radicalisation en préparant de guides d’orientation, et en stimulant la recherche dans des domaines qui servent la communauté islamique et ses jeunes”.

Le DG de l’ISESCO a qualifié d’important le soutien du programme de réseautage de la recherche entre les universités pour la déconstruction du discours extrémiste et radical, ainsi que la sensibilisation des jeunes et des enfants. Il a aussi invité toutes les parties à unir leurs efforts pour la mise en oeuvre de cet accord dès que possible.

La signature de cette convention a connu la présence de membre du corps diplomatique accrédité au Maroc, et de représentants d’organisations nationales et internationales.

Bouton retour en haut de la page
Fermer