La formation et la clarification des mécanismes de protection des données sont à la tête des priorités de la Commission Nationale de contrôle de la Protection des Données à caractère Personnel (CNDP), d’autant plus qu’il existe un fossé entre le texte de loi et sa perception par les individus, a souligné samedi à Rabat son président, Omar Seghrouchni.

Protéger les données personnelles ne signifie pas limiter leur diffusion. C’est plutôt basé sur le traitement de ces données de manière à garantir la protection de l’intérêt du citoyen, a indiqué M. Seghrouchni dans son allocution à l’occasion de la troisième édition des rencontres scientifiques organisées par la Commission en partenariat avec la Caisse marocaine des retraites (CMR) sous le thème “Digitaliser, innover et protéger les données à caractère personnel: Quelle approche pour le secteur de la prévoyance sociale?”.

La protection des données personnelles nécessite de garantir la fiabilité des personnes qui les traitent, de développer les textes juridiques actuels, de sensibiliser les citoyens sur le champ et le processus de protection et d’avoir une vision proactive qui assure l’assimilation du développement numérique massif, a-t-il ajouté.

Le président de la CNDP a assuré que son organisme travaille intensivement, avec des organes similaires en Afrique et en Europe, pour relever les grands défis actuels et futurs, notamment se doter d’une identité numérique, conformément à la feuille de route pour la coopération numérique du Secrétaire général de l’Organisation des nations unies.

De son côté, l’avocate au Barreau de Casablanca, Myriame El Khiati a abordé la question de la protection des données personnelles dans le secteur de la santé, notant que la digitalisation des données de santé et leur échange en toute sécurité entre spécialistes permet une compréhension précise de l’état de santé du patient, aide les médecins à fournir un traitement approprié, et améliore l’accès aux services de santé.

Mme Al Khiati a mis en exergue le développement qu’a connu la digitalisation des données personnelles pendant la crise sanitaire provoquée par la Covid-19, soulignant que la prochaine opération de vaccination contre le nouveau coronavirus constituera une étape importante pour s’arrêter sur l’efficacité de la digitalisation dans ce secteur, notamment en ce qui concerne la gestion des prises de rendez-vous pour se faire vacciner.

Pour le professeur de l’Université Mohammed VI polytechnique de Benguerir, Mostafa Hidbou, il est important d’adopter des normes strictes dans le processus de traitement des données personnelles, notamment l’identification des données, l’amélioration de la sécurité et la gestion des problèmes de sécurité numérique, à l’image des normes du règlement général sur la protection des données (RGPD) en Europe.

De son côté, le directeur par intérim des études, de la coopération et de la modernisation au ministère de la Justice, Youssef Oustouh, a souligné que la transformation numérique du système judiciaire repose sur des principes constitutionnels, des directives royales et des recommandations de la Charte pour la réforme du système judiciaire, ajoutant que les contraintes de la pandémie n’ont pas entravé la tenue de procès, considéré comme l’un des droits fondamentaux des citoyens, en recourant à un procès à distance via visioconférence.

Elle permet également aux acteurs dans le secteur de la justice de visualiser leurs dossiers en temps réel sur la plateforme Mahakim.ma, a-t-il ajouté.

Dans le secteur bancaire, le Directeur général adjoint de CIH Bank en charge des services technologiques, organisation et qualité, Driss Bennouna, a indiqué que la préservation des données personnelles est devenue un enjeu urgent dans le contexte de la révolution technologique, notamment dans le secteur bancaire.

Quant au directeur de l’audit et du contrôle de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite, Rabi Abouamama, il a relevé que les caisses de retraite ont fait recours à la digitalisation des services puisqu’ils gèrent des dossier des personnes âgées épuisées par les procédures qui nécessitent la présence, soulignant que son institution a trouvé un équilibre entre la protection des données personnelles des clients et la facilitation de leur accès aux services.

La troisième édition des rencontres scientifiques organisée par le CNDP en partenariat avec la CMR a été l’occasion d’examiner les formules de compatibilité entre digitalisation et protection des données personnelles, ainsi que les particularités du secteur de la prévoyance sociale en général et de la retraite en particulier.

Bouton retour en haut de la page
Fermer