Le candidat à l’investiture du parti démocrate Mike Bloomberg a essuyé de nombreuses attaques de la part de ses adversaires lors d’un débat animé tenu mercredi soir à Las Vegas, qui a étalé au grand jours les tensions entre les prétendants à la Maison Blanche.

M.Bloomberg, qui participait pour la première fois à un débat télévisé après son entrée tardive dans la primaire, a été pris pour cible dès les premières minutes du débat, notamment par la sénatrice Elizabeth Warren.

Mme Warren, qui peine à retrouver de sa superbe dans les sondages après avoir un moment fait figure de favori, a fustigé l’ancien maire de New York sur des propos misogynes qu’il a tenus par le passé, tout en lui demandant de divulguer les détails d’accords de confidentialité qu’il a signé avec plusieurs femmes, dont d’anciennes employées, après les accusations d’harcèlement et de sexisme dont il avait fait l’objet.

M.Bloomberg, qui a réussi à grimper à la troisième place dans les intentions de vote grâce à un blitz publicitaire de plus de 400 millions de dollars, a semblé particulièrement mal à l’aise dans cet exercice, souvent à court de mot face aux attaques répétées de ses adversaires.

“Une leçon à tirer de ce soir”, a conclu Tom Steyer, l’autre milliardaire de la primaire démocrate qui n’a pas réussi à se qualifier au débat de Las Vegas, “on dirait que Mike Bloomberg concourt dans la mauvaise primaire.”

Mme Warren, qui a également critiqué Pete Buttigieg et Amy Klobuchar sur leurs modestes projets de réforme de la couverture santé, a été la grande gagnante de la soirée, réussissant, grâce à sa performance, à lever plus d’un million de dollars pendant la première heure du débat. La sénatrice du Massachusetts espère s’appuyer sur cette performance pour réaliser un bon score dans les caucus du Nevada prévus samedi et de la Caroline du Sud la semaine prochaine.

De son côté, le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, a profité de ce débat pour consolider son statut de grand favori. Ces derniers jours, de nombreux sondages nationaux ont donné une avance de plus de 10% à M. Sanders face à ses premiers poursuivants.

Mercredi soir, M. Sanders a défendu son plan emblématique de “Medicare for All”, qui prévoit une couverture santé universelle pour l’ensemble des Américains afin de “mettre fin à l’avidité de l’industrie pharmaceutique”.

“Les Etats-Unis sont le seul pays développé où on paie deux fois plus par habitant pour les soins de santé et dix fois plus pour certains médicaments”, a-t-il martelé.

Toutefois, la soirée n’a pas été de tout repos pour M. Sanders qui a dû essuyer les critiques notamment de Pete Buttigieg, le vainqueur en Iowa, sur l’agressivité en ligne des partisans du sénateur du Vermont.

Pour sa part, Amy Klobuchar, qui avait le vent en poupe après sa troisième place au New Hampshire, a été sévèrement tancée par M. Buttigieg après qu’elle eut récemment été incapable de nommer le président du Mexique lors d’une interview.

A travers cette attaque, M. Buttigieg souhaitait affaiblir le soutien de la sénatrice du Minnesota auprès des électeurs hispaniques, dont le vote sera décisif au Nevada et dans la primaire en général.

Samedi, lors des caucus du Nevada, les responsables du parti démocrate espèrent un processus électoral sans anicroche après la débâcle des caucus de l’Iowa il y a quelques semaines.

Bouton retour en haut de la page
Fermer