Le sénateur du Vermont Bernie Sanders a abandonné la primaire du parti démocrate américain, laissant le champ libre à l’ancien vice-président Joe Biden pour briguer l’investiture du parti et affronter Donald Trump le 3 novembre prochain.

Sanders a fait cette annonce lors d’un appel téléphonique avec son personnel de campagne, rapportent les médias américains.

Le sénateur du Vermont n’a pas pu capitaliser son élan précoce dans la course après des victoires dans le New Hampshire et au Nevada ainsi qu’une première place ex-æquo dans l’Iowa avec Pete Buttigieg, perdant une série de scrutins importants face à Biden après que l’ancien vice-président ait obtenu le vaste soutien des démocrates modérés.

Ce retrait marque la deuxième tentative infructueuse de M. Sanders sur la voie de la nomination démocrate après avoir échoué en 2016 contre l’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton.

Le sénateur du Vermont est entré dans la présidentielle de 2020 en tant que prétendant de premier plan lors d’une course particulièrement disputée. Le candidat libéral a de nouveau mis l’accent lors de sa campagne sur des propositions de politique progressistes telles que le “Green New Deal” en matière écologique et la couverture santé universelle “Medicare for All”.

Bien qu’il ait été contraint de partager l’électorat libéral avec la sénatrice Elizabeth Warren, Sanders semblait bénéficier de l’appui d’une grande partie de sa base de 2016 dans sa deuxième candidature à la Maison Blanche. Il s’est imposé notamment pour ses capacités à lever des fonds pour sa campagne, levant régulièrement des dizaines de millions de dollars chaque trimestre, et apparaissait rarement en dehors des trois premières places dans les sondages d’opinion.

La campagne de Bernie Sanders a sombré après les élections de Caroline du Sud, que Biden a largement remportée grâce à sa popularité auprès de la communauté afro-américaine. Cette victoire de l’ex-vice-président de Barack Obama a contraint ses adversaires modérés à se rallier à lui à la veille du Super Tuesday, infligeant un sérieux revers à son rival.

Le sénateur du Vermont a affirmé, tout au long de la campagne, qu’il soutiendrait quiconque remportait la primaire du parti démocrate lors des élections générales face à Donald Trump.

Bouton retour en haut de la page
Fermer