Après avoir été privé de toute manifestation sportive depuis mars dernier, suite à la pandémie du nouveau coronavirus, le Portugal s’apprête à renouer avec la vie sportive et son sport favori, le football.

En effet, la Ligue portugaise de football a décidé de reprendre mercredi, à huis clos, les dernières journées du championnat de première division qui se poursuivra jusqu’au 26 juillet prochain.

Les matches continueront à être diffusés sur les chaînes payantes qui détiennent les droits de retransmission de la compétition qui a été suspendue en raison de la pandémie du Covid-19.

Dans le cadre des préparatifs, les joueurs des principaux clubs de football ont repris le 4 mai les entraînements individuels, dans le strict respect des mesures de distanciation et des circuits spécifiques de déplacement.

La saison de la Ligue de football professionnel et de la Coupe du Portugal va ainsi reprendre à huis-clos, appuyée par l’accord de la Direction générale de la santé (DGS).

Les footballeurs des clubs de la 1ère Ligue seront tenus, en vertu des mesures préventives, d’effectuer des tests du nouveau coronavirus 24 heures avant chaque match.

Le gouvernement portugais avait décidé en avril que la compétition sportive, interrompue le 12 mars, pourrait reprendre vers la fin du mois de mai sous réserve de l’adoption d’un protocole sanitaire.

Une fois établi ce protocole, les instances sportives et sanitaires ont été appelées à dresser la liste des stades permettant de respecter les conditions imposées par la DGS, a expliqué la Ligue dans un communiqué.

Ainsi, neuf stades de football, jugés conformes aux normes de sécurité et d’hygiène imposées par le covid-19, ont été approuvés par les autorités sanitaires pour le retour de la Ligue et l’accueil des matchs immédiatement.

De manière à garantir que les stades soient rigoureusement inspectés et que tous les professionnels impliqués dans les matches et dans leur organisation soient soumis à des tests médicaux, le 3 juin est la date retenue pour le premier match de la 25e journée, a précisé la Ligue dans un communiqué.

Lorsque la compétition a été suspendue en mars dernier à cause de la pandémie du coronavirus, alors qu’il restait encore 10 journées à disputer, le FC Porto était en tête du classement avec un point d’avance sur le Benfica, champion en titre.

Mais, avant la reprise, la Ligue et la Fédération portugaise de football ont appelé au respect des mesures imposées par la DGS pour que les dix dernières journées de la compétition puissent se tenir dans les meilleures conditions possibles.

Les règles imposées par les autorités sanitaires prévoient notamment que les joueurs soient testés deux fois par semaine et tenus de limiter leurs interactions sociales à leurs proches et à l’encadrement du club.

Les matches devront être disputés “dans un nombre le plus réduit possible de stades” et leur organisation ne devra pas entraîner de rassemblements de plus de dix personnes, a également exigé la DGS.

Certains footballeurs ont réagi sur les réseaux sociaux en se montrant critiques à l’égard des règles imposées, alors que plusieurs éditorialistes ont émis des doutes sur le bien-fondé d’une reprise du championnat.

Néanmoins, le président du syndicat des footballeurs portugais, Joaquim Evangelista, s’était montré rassurant. “Ce n’est pas le moment d’être alarmiste. Nous sommes en période de déconfinement et il faut s’attendre à avoir des cas positifs dans la société et dans le football en particulier”, a-t-il dit.

Même son de cloche pour le Premier ministre Antonio Costa, pour qui il s’avère “important que la saison sportive puisse se terminer”.

Les joueurs et les entraîneurs “seront les premiers à prendre les précautions nécessaires pour ne pas se laisser contaminer”, a-t-il fait valoir en soulignant que “si un club a toute son équipe infectée, il perdra le match par forfait”.

Le pays a entamé le 4 mai un plan de déconfinement par étapes qui a duré tout au long du mois, dont la première étape a commencé le 4 mai avec la réouverture des petits commerces de rue, des salons de coiffure ou des stands automobiles. En deuxième étape, le 18 mai, c’était au tour d’établissements scolaires, des musées, des galeries d’art, des cafés et des restaurants, d’ouvrir leurs portes, alors que les mosquées, les théâtres, les cinémas et les grandes surfaces commerciales ont commencé à rouvrir à partir du 1er juin.

Relativement épargné par l’épidémie du nouveau coronavirus, le pays a recensé jusqu’à présent 1.424 décès par le Covid-19 et 32.700 cas d’infection officiellement déclarés.

En effet, le Portugal a été moins touché par cette pandémie que d’autres pays européens, notamment l’Espagne voisine, car il avait pris des mesures très rapidement: fermeture des écoles et des frontières, et déclaration très tôt de l’état d’urgence pour faire face à la propagation du virus.

Bouton retour en haut de la page
Fermer