L’écart absolu moyen, qui est la moyenne des écarts absolus entre le produit intérieur brut (PIB) des différentes régions du Royaume et le PIB régional moyen, est passé de 60,4 milliards de dirhams en 2017 à 62,7 MMDH en 2018, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Cet écart reflète en effet l’accentuation des disparités en termes de création de la richesse entre les régions, souligne le HCP qui vient de publier une note d’information relative aux comptes régionaux de l’année 2018.

Aux prix courants, les trois régions de Casablanca-Settat, de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont créé 58,7% de la richesse nationale, avec 32,3%, 15,6% et 10,8% respectivement, précise la même source.

Ces comptes font également ressortir que cinq régions ont généré 34,2% du PIB, à savoir Fès-Meknès et de Marrakech-Safi avec 8,4% chacune, Souss-Massa (6,7%), Béni Mellal-Khénifra (5,7%) et l’Oriental (4,9%).

Et d’ajouter que Drâa-Tafilalet (2,5%) et les trois régions du sud (4,5%) ont contribué de 7% à la création de PIB en valeur.

En volume, les comptes régionaux de 2018 indique que cinq régions ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale (3,1%). Il s’agit de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7,6%), de Souss-Massa (6,8%), de Laâyoune-Sakia El Hamra (6,7%), de Guelmim-Oued Noun (4,3%) et de l’Oriental (4,2%).

Les régions de Casablanca-Settat et de Marrakech-Safi ont marqué des taux de croissance, proches de la moyenne nationale, de 3,4% et 3,2% successivement.

Les cinq régions restantes ont réalisé des taux de croissance inférieurs à la moyenne nationale, allant de 2,8 % dans Drâa-Tafilalet à -0,7% dans Rabat-Salé-Kénitra.

“L’économie nationale a enregistré, en 2018, un PIB en volume de 1.096,5 MMDH avec une croissance économique de 3,1 % par rapport à l’année 2017. Aux prix courants, le PIB a marqué une valeur de 1.108,5 MMDH avec une augmentation de 4,3%”, rappelle le HCP.

Bouton retour en haut de la page
Fermer