Le Kenya a rejoint le club des pays exportateurs de pétrole du monde, a annoncé jeudi le président Uhuru Kenyatta.

“Nous sommes maintenant un exportateur de pétrole. Notre premier accord a été conclu cet après-midi avec 200.000 barils pour un prix de 12 millions de dollars. Donc, je pense que nous avons commencé le voyage et qu’il nous appartient de veiller à ce que ces ressources soient utilisées à bon escient pour que notre pays prospère et pour que nous puissions éliminer la pauvreté», s’est félicité le président Kenyatta lors d’un briefing de son Cabinet.

Le Kenya avait découvert du pétrole en 2012 dans la région du Turkana, dans le Nord, avec des réserves estimées à 560 millions de barils. Il a sorti ses premiers litres d’or noir du sol en juin 2019, devenant pour la première fois un pays producteur. Depuis, le pays stocke sa production en attendant de pouvoir la vendre et d’augmenter la cadence.

Depuis déjà un an, des camions font des allers-retours entre le Turkana et la côte pour acheminer le pétrole, à raison de quelques centaines de barils quotidiens.

La cadence a augmenté et la production est passée en mai dernier à 2.000 barils transportés par camion. Le pays d’Afrique de l’est compte au moins 300 puits de pétrole.

Après cinq ans d’investissement, essentiellement privés, un projet global dépassant les trois milliards de dollars, le Kenya a réussi ce jeudi à toucher les premiers revenus issus de son pétrole.

Bouton retour en haut de la page
Fermer