Le Parlement péruvien, dominé par l’opposition, a voté la suspension pour un an du président Martin Vizcarra pour “incapacité morale”, peu de temps après la décision de ce dernier de dissoudre la Chambre et de convoquer des élections anticipées.

Parallèlement, le Parlement, contrôlé par les partisans de l’ex-président Alberto Fujimori (1990-2000), a nommé la vice-présidente Mercedes Araoz chef de l’Etat par intérim, en remplacement de M. Vizcarra.

Mme Araoz, une économiste de 58 ans, a immédiatement prêté serment devant le président du Parlement Pedro Olaechea. Ce dernier a annoncé que les députés voteront formellement vendredi une motion destituant M. Vizcarra de façon définitive.

Sur fond d’une crise institutionnelle qui perdure depuis des mois, Martin Vizcarra avait annoncé dans un discours télévisé la dissolution du Parlement et des élections législatives anticipées, faute d’avoir résolu une violente querelle avec l’opposition fujimorise au sujet du mode de nomination de juges au Tribunal constitutionnel.

Le Tribunal constitutionnel, la plus haute instance judiciaire du Pérou, est actuellement saisie de la demande de remise en liberté de la leader de l’opposition Keiko Fujimori.

Au Pérou, la dernière dissolution du Parlement remonte au 5 avril 1992 et avait été décidée par Alberto Fujimori (1990-2000).

Bouton retour en haut de la page
Fermer