Environ un enfant sur six dans le monde, soit 356 millions, vit dans l’extrême pauvreté et cette situation devrait s’aggraver considérablement en raison de la pandémie de Covid-19, selon une nouvelle analyse conjointe du Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF) et de la Banque mondiale.

“Un enfant sur six qui vie dans l’extrême pauvreté c’est un enfant sur six qui lutte pour survivre”, a expliqué Sanjay Wijesekera, directeur des programmes de l’UNICEF, cité dans un communiqué.

L’Afrique subsaharienne, qui est dotée de filets de sécurité sociale limités, compte deux tiers des enfants vivant dans l’extrême pauvreté, alors que l’Asie du Sud compte près d’un cinquième de ces enfants.

L’étude, intitulée “Estimation mondiale du nombre d’enfants vivant dans la pauvreté monétaire : une mise à jour”, montre que le nombre d’enfants vivant dans l’extrême pauvreté – soit dans des ménages qui luttent pour survivre avec une moyenne de 1,90 dollars par jour ou moins par personne – a modérément diminué de 29 millions entre 2013 et 2017.

Toutefois, l’UNICEF et la Banque mondiale préviennent que les progrès réalisés ces dernières années sont inquiétants, en ce sens qu’ils sont lents, inégalement répartis et menacés par l’impact économique de la pandémie de Covid-19.

Selon le directeur des programmes de l’UNICEF, les gouvernements ont besoin de toute urgence d’un plan de relance pour les enfants afin d’empêcher un nombre incalculable d’enfants et de familles d’atteindre des niveaux de pauvreté inconnus depuis de très nombreuses années.

Bien que les enfants représentent environ un tiers de la population mondiale, la moitié environ des personnes vivant dans l’extrême pauvreté sont des enfants, selon l’ONU.

Bouton retour en haut de la page
Fermer