L’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) a annoncé mercredi avoir renouvelé totalement toutes les motocyclettes de son parc en motocyclettes électriques, pour montrer l’exemple en tant qu’institution publique stratégique engagée envers la transition énergétique.

Dans un communiqué, l’AMEE, dont la mission est de contribuer à la mise en œuvre de la politique énergétique nationale, a indiqué avoir choisi de commencer par la transformation du parc moto de son siège à Marrakech, la ville ocre qui “compte le plus grand nombre de déplacements à deux roues dans le Royaume”.

La géographie de cette ville, son climat et son activité touristique favorisent ce mode de déplacement à deux roues, allant de la bicyclette non polluante aux quads et motocyclettes qui impactant fortement la qualité de l’air, a expliqué l’agence.

“Dans le programme voulu au niveau de la ville, accompagné par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, tous les acteurs publics et privés se doivent aujourd’hui de commencer à switcher les motocyclettes classiques en motocyclettes électriques, qui sont fiables, économiques et respectueuses de l’environnement”, a affirmé le directeur général de l’AMEE, Saïd Mouline, cité dans le communiqué.

En effet, Marrakech bénéficie d’un programme étalé sur plusieurs années en faveur de la mobilité électrique afin d’améliorer la qualité de l’air et d’apporter plus de bénéfices économiques pour les citoyens et le pays.

S’exprimant lors d’une table ronde sur la transition énergétique vers la mobilité durable, organisée par la Coalition des sports électriques, M. Mouline a rappelé que les énergies renouvelables et la transition énergétique sont toujours une priorité nationale et qu’en parallèle de ces grands projets, il est important de ne pas négliger toutes les petites applications.

“Au Maroc, nous avons la chance d’avoir une transition énergétique voulue au plus haut niveau de l’État avec de grands projets renouvelables. Aujourd’hui, 55% de la population mondiale vit en zone urbaine. Ce ratio devrait passer à 68% d’ici 2050. Au Maroc, la population urbaine est passée à 63% en 2019, contre 29% en 1960. Cette transformation démographique génère plusieurs défis dont les transports et leurs impacts sur l’environnement”, a-t-il dit lors de cette table ronde, tenue en marge de la cinquième manche de la saison 2020 de la Formule E, qui a eu lieu le weekend dernier à Marrakech.

Pour le patron de l’AMEE, une révolution se prépare pour la mobilité durable et le Royaume est en phase avec ces évolutions, à travers des actions d’accompagnement et de sensibilisation, mais aussi de recherche et de développement, ajoute le communiqué.

Créée en vertu de la loi n°39-16, l’AMEE est chargée notamment de concevoir et réaliser des programmes d’efficacité énergétique et de veiller sur les actions de promotion dans ce domaine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer