Les autorités chinoises ont annoncé le lancement, dès vendredi à Pékin, d’un dépistage massif des habitants après l’apparition de quelques cas de Covid-19, dont certains liés au variant anglais.

Les deux arrondissements centraux de Dongcheng et Xicheng, où se trouvent d’innombrables bâtiments gouvernementaux ainsi que la place Tiananmen, ont annoncé vouloir tester en deux jours l’ensemble des résidents et travailleurs, soit un minimum de 2 millions de personnes.

De petits foyers ont émergé dans le nord du pays ces dernières semaines, tandis qu’à Pékin 19 malades du Covid-19 ont été enregistrés ces sept derniers jours, dont certains sont liés au variant anglais du coronavirus, qui est plus contagieux.

Les autorités de l’arrondissement de Xicheng ont déclaré vendredi, que des malades du Covid-19 étaient passés par l’arrondissement et que “le risque accru d’une importation” dans la zone justifiait le dépistage en cours.

L’épidémie est apparue en Chine fin 2019, mais le pays y a répondu avec rigueur, depuis le printemps dernier, grâce à des confinements, au suivi des déplacements, au filtrage drastique des personnes venant de l’étranger et aux dépistages. Un seul mort a été recensé depuis mai.

SF

Bouton retour en haut de la page
Fermer