Alors que la France enregistre un rebond important des cas de contamination au Coronavirus, le gouvernement a annoncé, mercredi, de nouvelles mesures restrictives, notamment à Paris et Marseille.

“La circulation du virus atteint des niveaux tels que nous devons prendre des mesures supplémentaires. C’est nécessaire”, a indiqué le ministre français de la Santé, lors d’un point de presse. “La circulation continue d’augmenter fortement. Le taux d’incidence est en hausse constante : nous sommes à 95 cas pour 100.000 habitants. Le facteur R est au dessus de 1, nous devons le faire baisser. Le taux de positivité des tests PCR est de 6.14%”, a ajouté Olivier Véran.

A l’heure actuelle, 950 patients atteints de covid, sont pris en charge en réanimation et plus de 600 admissions par jour dans les hôpitaux de France, a indiqué le ministre de la Santé qui estime qu’il « est temps d’agir » pour inverser la tendance.

Il a annoncé, dans ce contexte, une nouvelle cartographie de l’épidémie qui induira des restrictions sanitaires supplémentaires.

Ainsi, la France sera divisée en cinq zones d’alertes au sein desquelles les restrictions pour faire face à l’épidémie de coronavirus pourront être durcies, a expliqué Olivier Véran.

Parmi ces cinq niveaux d’alerte, une zone d’alerte maximale a été notamment instaurée et ne concerne pour l’instant qu’Aix-Marseille et la Guadeloupe. Quant aux métropoles de Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Paris, Rouen, Grenoble et Montpellier, elles ont été placées en zone “d’alerte renforcée”.

Dans les zones d’alerte maximale, les bars et restaurants seront fermés, a indiqué le ministre. Dans les zones d’alerte renforcée où les rassemblements seront limités à 1.000 personnes, contre 5.000 actuellement, ils fermeront au plus tard à 22 heures.

“Si la situation sanitaire devait encore s’aggraver dans ces territoires, l’état d’urgence sanitaire sera instauré”, a prévenu le ministre français de la Santé.

Le gouvernement choisit d’axer sa stratégie sur “les territoires en tension”, “nous avons une approche territoriale (…) Nous le faisons avec les ARS, les préfets et l’ensemble des élus des territoires concernés”, a-t-il tenu à souligner.

Selon le ministre, tout est mis en oeuvre pour éviter le confinement. “Nous ne l’envisageons pas, ni généralisé ni territorial”, a-t-il affirmé, ajoutant que les mesures annoncées ont été prises en concertation avec les autorités locales. Elles seront réévaluées tous les 15 jours.

Dans leur bilan quotidien, les autorités sanitaires ont fait état de 43 décès durant les dernières 24 heures en France, portant à 31.459 le nombre total des décès depuis le début de l’épidémie en mars dernier. Par ailleurs, 13.072 nouveaux cas de contamination ont été recensés pour un total de 481.141 cas au total. Un taux de positivité qui s’élève à 6,2%.

Le pays compte 4.244 nouvelles hospitalisations sur les sept derniers jours, dont 675 en réanimation, alors que 1039 clusters sont en cours d’investigation (+70 en 24 heures), dont 189 dans les établissements hébergeant les personnes âgées dépendantes (Ehpad).

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer