La chancelière allemande, Angela Merkel, a souligné l’importance de prendre d’autres initiatives pour venir en aide aux pays les plus pauvres frappés par une crise économique à cause du nouveau coronavirus.

Après le moratoire sur la dette récemment décidé par le G20, le moment est venu pour aller de l’avant dans l’aide à ces pays, a indiqué, mercredi, Mme Merkel à la presse après des entretiens en visio-conférence avec les dirigeants notamment du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

“Nous avons fait un premier pas justifié avec le moratoire sur la dette décidé par le G20 et le Club de Paris, mais il ne s’agit que d’un moratoire prévoyant que le service de la dette ne soit pas remboursé” de manière temporaire, a fait noter la responsable allemande.

“Aujourd’hui lors des discussion il a été souligné que ceci ne serait peut-être pas le dernier geste” en direction des pays pauvres, “et que d’autres initiatives doivent suivre concernant particulièrement la soutenabilité de la dette”, a-t-elle insisté.

Mi-avril, les pays du G20 ont décidé de suspendre pour un an le remboursement de la dette des pays les plus pauvres afin de les aider à faire face à la pandémie de Covid-19.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer