Les 29 pays de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) ont appelé l’Iran à la retenue, alors que la tension montait entre Téhéran et Washington après la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain à Bagdad.

“Les alliés ont appelé à la retenue et à la désescalade. Un nouveau conflit ne serait dans l’intérêt de personne, donc l’Iran doit s’abstenir de davantage de violence et de provocations”, a affirmé le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion extraordinaire des ambassadeurs de l’Alliance atlantique à Bruxelles.

Rappelant que “depuis des années tous les alliés ont exprimé leur préoccupation à propos des activités déstabilisatrices de l’Iran dans le grand Moyen-Orient”, M. Stoltenberg a assuré qu’ils sont “d’accord que l’Iran ne devra jamais acquérir l’arme nucléaire”.

Et d’ajouter que “nous partageons la préoccupation à propos des tests de missiles menés par l’Iran et nous sommes unis pour condamner le soutien iranien à une variété de différents groupes terroristes”.

M. Stoltenberg a confirmé, par ailleurs, la suspension des activités de la mission d’entraînement dirigée par l’OTAN en Irak, qui a reçu lundi le soutien unanime des alliés pour son rôle dans la lutte contre l’organisation terroriste dite “Etat islamique” (EI).

“La sécurité de notre personnel est primordiale”, a-t-il dit, en rappelant que cette “NATO Mission Iraq” (NMI) avait été déployée à la demande des autorités irakiennes.

Et de conclure que “nous sommes prêts à poursuivre notre mission quand les circonstances le permettront”.

La mission de l’OTAN comptait quelques centaines de militaires, chargés depuis octobre 2018 d’entraîner les forces de sécurité irakiennes pour empêcher le retour de l’EI.

Bouton retour en haut de la page
Fermer