Si les filles vont davantage à l’école à travers le monde, elles continuent cependant de faire l’objet de violences et de discriminations, relève un rapport conjoint publié mercredi par le Fond des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF), ONU-Femmes, et l’ONG “Plan International”.

Il y a vingt-cinq ans, à la conférence de Beijing sur les femmes, “les gouvernements du monde se sont engagés vis-à-vis des femmes et des filles, mais ils n’ont que partiellement tenu leur promesse”, a déclaré la Directrice exécutive de l’UNICEF, Henrietta Fore.

“Bien que la communauté internationale ait trouvé la volonté politique d’envoyer massivement les filles à l’école, elle a lamentablement échoué à leur apporter les compétences et l’aide nécessaires pour qu’elles puissent décider de leur propre avenir, mais aussi vivre de manière sûre et digne”, a déploré Mme Fore, à l’occasion de la publication de cette étude, intitulée “A New Era for Girls: Taking stock on 25 years of progress” (Une nouvelle ère pour les filles : Retour sur 25 ans de progrès).

Pour la DG de l’UNICEF, l’accès à l’éducation ne suffit pas, il importe de faire évoluer les comportements et les attitudes envers les filles.

“L’égalité réelle ne sera atteinte que lorsque les filles ne seront plus exposées à la violence, qu’elles seront libres d’exercer leurs droits et qu’elles pourront bénéficier de chances égales”, a-t-elle dit dans un communiqué.

Le rapport note que “jamais il n’y a eu autant de filles scolarisées ou en mesure de poursuivre leur scolarité dans le monde”.

Selon l’UNICEF, le nombre de filles déscolarisées a reculé de 79 millions ces 20 dernières années. Depuis 10 ans les filles sont plus susceptibles de fréquenter l’enseignement secondaire que les garçons.

Ces remarquables avancées dans le domaine de l’éducation n’ont pourtant eu que “peu d’effet” sur l’émergence d’un monde plus égalitaire et moins violent envers le sexe féminin, précise le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance, qui déplore que la violence à l’égard des femmes et des filles demeure un phénomène courant.

Bouton retour en haut de la page
Fermer