Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a affirmé, devant le Conseil de sécurité, que les enfants ne devraient jamais être mêlés aux conflits en alertant sur l’augmentation des violations graves commises à leur encontre.

“Les enfants de moins de 18 ans constituent plus de la moitié de la population dans la plupart des pays touchés par la guerre, et étant incapables de se protéger contre ses maux, ces enfants sont parmi les personnes les plus vulnérables”, a déclaré M. Guterres lors d’une réunion du Conseil consacrée à l’intégration de la protection des enfants dans les processus de paix.

La réunion a été organisée par la Belgique, qui préside actuellement l’organe onusien, à l’occasion de la Journée internationale contre l’utilisation des enfants dans les conflits armés, en présence du Roi des Belges.

“Aujourd’hui, un enfant sur cinq dans le monde subit l’impact négatif d’un conflit armé”, a déclaré le roi Philippe qui était accompagné de la reine Mathilde, en insistant sur la nécessité de protéger les enfants dont “le sort reste négligé”.

Rappelant, pour sa part, que près de 250 millions d’enfants vivent dans des pays affectés par un conflit, le Secrétaire général de l’ONU a déploré un nombre record de violations à l’encontre des enfants dans le contexte des conflits armés avec, en 2018, plus de 12.000 tués ou mutilés dans un conflit – le chiffre le plus élevé depuis 1996 – et plus de 24.000 cas de violence vérifiés, contre 21.000 en 2017.

Le chef de l’ONU a présenté un nouveau guide pratique, à l’intention des médiateurs, afin de mieux protéger les enfants dans les situations de conflits armés.

“Le guide reconnaît que les besoins et les droits des enfants doivent être pris en compte à toutes les phases d’un conflit, des efforts de prévention à la médiation et au rétablissement par un développement durable et inclusif”, a expliqué M. Guterres.

Le document fournit aux médiateurs et aux négociateurs les moyens de procéder à une analyse des conflits fondée sur les droits de l’enfant et repose sur des principes qui interdisent la discrimination et placent les intérêts des enfants au premier plan, a précisé le Secrétaire général.

“En intégrant des mesures spécifiques de protection des enfants dans les processus de paix, nous pouvons obtenir des résultats concrets pour les enfants et pour la paix”, a affirmé le chef de l’ONU.

Ce guide pratique pour les médiateurs représente, a-t-il dit, “la prochaine étape de notre stratégie visant à placer les enfants au cœur des efforts de protection, de consolidation de la paix et de prévention”.

Des campagnes telles que “Enfants, pas soldats” et de nouvelles lois sur la protection ont contribué à un consensus mondial sur le fait que les enfants ne doivent jamais être utilisés dans les conflits, a ajouté le Secrétaire général.

“Toutefois, malgré ces efforts, les chiffres des violations graves commises à l’encontre des enfants dans les conflits continuent d’augmenter”, a-t-il regretté.

Bouton retour en haut de la page
Fermer