La France, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, s’est déclarée favorable à un élargissement de cet organe qui pourra ainsi compter jusqu’à 25 membres, permanents et non-permanents, estimant que cette réforme renforcerait l’autorité et la représentativité du Conseil.

“Un tel élargissement du Conseil de sécurité le rendrait plus représentatif du monde d’aujourd’hui et renforcerait son autorité, tout en préservant sa nature exécutive et opérationnelle”, a souligné l’ambassadeur de France à l’ONU, Nicolas de Rivière.

Intervenant lors d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations-Unies sur la “Question de la représentation équitable au Conseil de sécurité et de l’augmentation du nombre de ses membres”, M. de Rivière a rappelé que la position de la France est “constante et bien connue” sur le sujet.

“Nous souhaitons que le Conseil tienne compte de l’émergence des nouvelles puissances qui ont la volonté et la capacité d’assumer la responsabilité d’une présence permanente au Conseil de sécurité et qui sont, conformément à la Charte des Nations-Unies, en mesure d’apporter une contribution importante à l’action du Conseil”, a-t-il dit.

Dans sa composition actuelle, inchangée depuis la création de l’ONU en 1945 au lendemain de la Seconde guerre mondiale, le Conseil de sécurité compte seulement cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France, Chine) qui ont le droit de veto, et dix membres non-permanents élus à tour de rôle parmi les pays membres de l’organisation.

“La France est favorable à un élargissement du Conseil de sécurité dans les deux catégories de membres. Elle apporte ainsi son appui à la candidature de l’Allemagne, du Brésil, de l’Inde et du Japon comme membres permanents du Conseil de sécurité, ainsi qu’à une présence renforcée des pays Africains, parmi les membres permanents et non-permanents”, a assuré l’ambassadeur français.

Et d’ajouter que l’année 2020 marque le 75è anniversaire de la Charte des Nations-Unies et de l’Organisation. “Cette célébration nous offre l’opportunité de créer la nouvelle dynamique pour l’accomplissement de la réforme que nous appelons de nos vœux”.

Bouton retour en haut de la page
Fermer