Le Maroc participe de manière effective en matière d’élimination des violences faites aux femmes, a souligné, jeudi à Rabat, la Secrétaire générale adjointe de l’ONU et Directrice exécutive d’ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Lors d’une conférence de presse tenue en marge du 5ème Forum mondial « Des Villes Sûres et des espaces publics sûrs », Mme Mlambo-Ngcuka a expliqué que, concernant l’expérience marocaine en matière des “Villes Sûres”, le lancement officiel de la campagne mondiale des “16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence faite aux femmes” à Marrakech, se veut une participation effective du Royaume à l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

Cette initiative permet également de prendre des mesures plus sérieuses contre le harcèlement à l’égard des femmes, a-t-elle ajouté, notant que d’autres mesures telles que le développement du secteur de transport ou l’éclairage dans les villes et les espaces publics s’inscrivent dans le même cadre.

Elle s’est par ailleurs arrêtée sur l’importance de l’application de la législation et de la définition des moyens permettant d’évaluer le succès des programmes réalisés de manière tangible.

La majorité des lois tendent à éliminer les violences à l’égard des femmes dans les espaces publics, a-t-elle fait savoir, relevant que “nous n’avons toujours pas atteint le niveau de progression que nous désirons atteindre, et il est important pour cette raison, de continuer à travailler”.

Ce travail est une “tâche” qui implique la coopération et la synergie de l’ensemble des acteurs concernés dont les autorités publiques et le secteur privé, en vue d’obtenir les résultats escomptés, a dit Mme Mlambo-Ngcuka, rappelant qu’à travers ces rencontres avec d’autres villes, “nous pourrons développer de nouvelles idées et également partager nos expériences”.

Pour opérer un changement en matière d’élimination des violences faites aux femmes, il est nécessaire de changer les normes, les stéréotypes et les croyances des gens, a-t-elle conclu.

S’inscrivant dans le cadre de l’initiative mondiale « Des Villes sûres », ce Forum réunit à Rabat (26-28 février) plus de 200 participants de plus de 20 pays, afin de réfléchir à des approches stratégiques et efficaces visant à rendre les espaces publics sûrs et à renforcer l’autonomisation des femmes et des filles.

Les délégués sont réunis pour échanger autour d’approches intégrées pratiques pour mettre fin au harcèlement sexuel et aux autres formes de violence contre les femmes et les filles dans les espaces publics.

Bouton retour en haut de la page
Fermer