Intervenant lors de la session d’ouverture de la 73e Assemblée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la gouvernante a estimé nécessaire de disposer d’une stratégie pragmatique et innovante, capable de contrôler et de prévenir la propagation du virus.

Sílvia Lutucuta a demandé à l’OMS d’aider à mener à bien certaines des tâches visant à prévenir la propagation du virus en Angola, où 50 cas positifs ont déjà été signalés, avec 3 morts.

Selon la ministre, les mesures mises en œuvre par le Gouvernement angolais (fermeture des frontières, confinement social, quarantaines institutionnelles et domiciliaire) ont permis de limiter la pandémie à Luanda et de protéger les populations les plus vulnérables.

Elle a ajouté que le prochain défi des autorités nationales est d’effectuer des tests massifs dans les communautés, d’évaluer l’existence ou non de la circulation communautaire, ainsi que d’empêcher les citoyens étrangers d’entrer aux frontières.

La gouvernante a considéré le test en groupes de population à risque, pour la caractérisation de la circulation communautaire du nouveau coronavirus dans le pays, comme une action exclusive.

La ministre de la Santé, qui s’exprimait depuis Luanda, par visioconférence, a déclaré qu’elle espérait le soutien de l’OMS dans ce domaine, ainsi que le renforcement des mécanismes pour améliorer la surveillance sanitaire transfrontalière, dans le cadre du règlement sanitaire international.

L’activité, qui se déroule cette année de manière virtuelle, en raison de la pandémie du Covid-19, se termine mardi.

Bouton retour en haut de la page
Fermer