Le directeur général de l’Agence marocaine de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques (AMSSNuR), El Khammar Mrabit, a plaidé pour une coopération accrue entre les organismes réglementaires des pays africains afin d’améliorer les infrastructures réglementaires et de contrôle nucléaire et radiologique sur l’ensemble du continent.

Lors d’un webinaire sur “l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les activités réglementaires pour la sûreté des sources de rayonnements ionisants”, initié par le Forum des organismes de réglementation nucléaire en Afrique (FNRBA) en collaboration avec l’AIEA, M. Mrabit a souligné l’importance de cet événement consacré au partage et à la discussion des résultats d’un questionnaire conduit par l’agence internationale, dont l’objet est l’impact de la Covid-19 sur les activités réglementaires pour la sûreté des sources de rayonnements ionisants, précisant que 93 états membres y ont répondu dont 26 africains parmi lesquels le Maroc.

Le responsable a partagé l’expérience marocaine résultant de la mise en œuvre de la vision éclairée de SM le Roi Mohammed VI et de l’AMSSNuR, exposant les mesures précoces mises en place par le gouvernement telles que la déclaration de l’état d’urgence sanitaire et la fermeture rapide des frontières, la construction d’hôpitaux de campagne, la création d’un fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie, l’aide aux pays africains et la mise des outils de protection et de prévention à la disposition des citoyens marocains.

Selon un communiqué de l’agence marocaine, M. Mrabit a mis en avant les efforts déployés par les administrations publiques marocaines dans la digitalisation de leurs services administratifs, citant à cet égard le réajustement du plan d’action annuel de 2020 de l’AMSSNuR pour l’adapter au contexte de la pandémie.

L’AMSSNuR a également mis en place une série d’actions telles que l’activation des services en ligne, la simplification des procédures au profit des demandeurs d’autorisations, la digitalisation de l’octroi des autorisations, le télétravail, la présidence et la participation à plusieurs webinaires et réunions en ligne, le renforcement de la coopération régionale et internationale et le développement de sa communication interne et externe.

Cette rencontre virtuelle s’est penchée sur le partage des expériences et des bonnes pratiques des pays d’Afrique dans la gestion de la crise due à la pandémie de Covid-19, notamment en matière d’octroi des autorisations, des opérations d’inspection des activités et installations mettant en jeu des sources de rayonnements ionisants, ainsi qu’en termes d’information et d’accompagnement des utilisateurs des sources de rayonnements ionisants pendant la période d’urgence sanitaire.

Bouton retour en haut de la page
Fermer