L’Iran a accepté d’engager un processus de “réunions techniques” avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour “clarifier plusieurs questions en suspens”, a annoncé jeudi le directeur général de l’instance onusienne.

“Nous avons enfin réussi à nous mettre d’accord pour lancer un processus d’analyse approfondie” concernant des “cas concrets” qui posent problème dans le programme nucléaire, a déclaré Rafael Grossi devant la presse, précisant qu’une première réunion aurait lieu “début avril en Iran”.

Depuis plusieurs mois, l’AIEA exprimait ses inquiétudes quant à la possible présence de matière nucléaire sur plusieurs sites non déclarés et ce sont ces dossiers qui vont être examinés.

Par ailleurs, le journal iranian Vatan-é Emrouz a écrit  sans citer de source, que le président Hassan Rohani avait donné l’ordre de suspendre la production d’uranium métal dans l’usine d’Ispahan (centre). Le gouvernement n’a pas démenti ces informations.

L’Iran avait annoncé en février avoir débuté la production d’uranium métal pour alimenter son réacteur de recherche à Téhéran, dépassant ainsi les limites fixées par l’accord nucléaire de 2015.

Le sujet est sensible car cette matière peut être utilisée dans la fabrication d’armes nucléaires, même si la République islamique a toujours nié vouloir se doter de la bombe.

Bouton retour en haut de la page
Fermer