La contribution du Maroc aux efforts internationaux pour le renforcement du régime international de la sécurité nucléaire est riche dans son contenu, diversifiée dans sa méthodologie et multiforme dans sa dynamique, a affirmé lundi l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Organisations internationales à Vienne, M. Azzedine Farhane.

Intervenant dans le cadre de la 3ème session de la Conférence de l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) sur la sécurité nucléaire, M. Farhane a souligné que la contribution du Maroc dans ce domaine “émane de son engagement constant pour le désarmement et la non-prolifération et sa conviction profonde du rôle de l’action multilatérale en la matière, visant à la préservation de l’équilibre subtile entre le droit inaliénable à l’usage pacifique de l’énergie nucléaire et le strict respect des engagements internationaux en matière de non-prolifération des armes nucléaires”.

Il a noté que le Maroc, conscient de l’interface entre la sécurité et la sureté nucléaire, organisera du 20 au 24 avril prochain à Marrakech la 1ère réunion internationale sur les enjeux liés à la réponse et la mitigation des situations d’urgence nucléaire ou radiologique, qui connaitra la participation de plus de 100 pays représentant les différents Etats membres de l’AIEA.

Le diplomate a rappelé, à cet égard, que le Royaume a été l’un des pays fondateurs de l’initiative globale de lutte contre le terrorisme nucléaire en 2006, rappelant que le Maroc a organisé depuis lors plusieurs activités et exercices en tant que président du groupe de travail “réponse et mitigation”.

Le Maroc a également organisé en 2015, conjointement avec l’Espagne et l’AIEA le premier exercice du genre appelé “Gate to Africa” qui a porté sur un scénario de simulation du transport par voie maritime d’une source radioactive, a relevé M. Farhane, rappelant dans ce sens que le Maroc a organisé du 1er au 4 octobre 2019 la 3ème Conférence internationale des régulateurs en sécurité nucléaire à Marrakech.

L’ambassadeur a souligné que le Maroc plaide pour le lancement d’une réflexion profonde sur l’avenir et le devenir de ce processus des conférences internationales sur la sécurité nucléaire qui avait été enclenché à Séoul en 2012, appelant à organiser un segment de haut niveau sur la sécurité nucléaire sous le leadership de l’AIEA au cours des travaux de l’Assemblée générale de l’ONU.

“Ce segment servira en tant que cadre inclusif pour recueillir le soutien indéfectible des chefs d’Etat et de gouvernement à l’action de l’AIEA en faveur du renforcement du régime international de l’Agence dans les domaines de la sécurité et sureté nucléaire”, a conclu M. Farhane.

Les travaux de la 3ème session de la Conférence internationale de l’AIEA sur la sécurité nucléaire se poursuivront jusqu’à vendredi prochain.

Bouton retour en haut de la page
Fermer