Hong Kong, 22/07/2019 (MAP)- Des centaines de milliers de personnes ont investi dimanche les principales artères de Hong Kong pour pousser le gouvernement à retirer totalement un projet de loi suspendu sur l’extradition vers la Chine.

Plus tard dans la journée, des manifestants ont encerclé le bureau de liaison de la Chine à Hong Kong, certains jetant des œufs sur le bâtiment et d’autres pulvérisant des graffitis sur ses murs.

La police anti-émeute a tiré plusieurs coups de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui s’attardaient près du district central. Les manifestants ont lancé des briques, des parapluies et d’autres débris sur la police.

Les manifestants ont également appelé la cheffe du gouvernement de Hong Kong, Carrie Lam, à se retirer et à mettre en œuvre des réformes démocratiques.

Selon les organisateurs, 430.000 personnes ont pris part à ces manifestations, tandis que la police a estimé leur nombre à 138.000.

Des millions de personnes ont participé à des manifestations de masse ces dernières semaines contre le projet de loi sur l’extradition, qui pourrait porter atteinte à l’indépendance judiciaire de l’ancienne colonie britannique, qui est revenue dans le giron de la Chine en 1997.

Outre le retrait complet du projet de loi, les protestataires ont également réclamé une enquête indépendante sur les allégations de brutalités policières et la libération de tous les manifestants précédemment arrêtés.

Carrie Lam, qui était à l’origine du projet de loi contesté, avait suspendu le processus législatif et avait déclaré le texte de loi “mort” dans le cadre d’une tentative visant à apaiser la colère publique.

Alors que la plupart des manifestations précédentes étaient pacifiques, certaines ont dégénéré en affrontements avec la police anti-émeute, qui ont provoqué des dizaines de blessés et des dizaines d’arrestations.

Bouton retour en haut de la page
Fermer