L’exécutif canadien sera confronté, mercredi, à un vote de confiance suite à une motion du parti conservateur visant à enquêter sur l’affaire We Charity, à l’origine d’un scandale ayant secoué le cabinet minoritaire de Justin Trudeau.

“Les conservateurs ont choisi de mettre de l’avant une motion qui établit clairement qu’ils n’ont plus confiance dans ce gouvernement. Alors les partis d’opposition auront un choix à faire”, a déclaré mardi M. Trudeau lors d’un point de presse.

En cas de vote favorable à la motion de l’opposition conservatrice, les Canadiens seront convoqués à de nouvelles élections législatives. L’exécutif libéral a besoin de l’appui d’au moins un parti de l’opposition pour remporter le vote.

M. Trudeau a toutefois affirmé qu’il ne voulait pas d’élections, notant que la priorité pour son gouvernement reste la santé des gens et l’économie au moment où le pays fait face à une deuxième vague de pandémie.

De son côté, le chef du parti conservateur, Erin O’Toole, a tenu à préciser que ce sont les libéraux qui ont voulu faire de cette motion une question de confiance pouvant déclencher des élections anticipées.

Le comité parlementaire exigé par les conservateurs devrait enquêter sur le choix du gouvernement libéral de l’organisation WE Charity pour gérer un programme de subventions de plusieurs millions de dollars pour le bénévolat étudiant.

Le programme a été abandonné en raison des liens étroits de WE Charity avec les familles Trudeau et de son ex-ministre des Finances Bill Morneau.

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer