Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé, lundi soir, un nouveau confinement général pour toute l’Angleterre afin de protéger le pays contre une expansion rapide du nouveau variant de Coronavirus, qui risque d’affaiblir les structures sanitaires.

Dans une brève allocution télévisée, le dirigeant conservateur a balayé les espoirs des Britanniques d’un éventuel assouplissement des restrictions rigides en vigueur dans la majorité du territoire anglais, en décrétant un “verrouillage” total du pays comme au tout début de la pandémie.

“C’est très frustrant et alarmant d’observer la vitesse de transmission du nouveau variant” de Covid-19, a déclaré M. Johnson, avant d’annoncer la fermeture de toutes les écoles et tous les établissements scolaires jusqu’à la mi-février, au moins.

“Le variant est 70% plus transmissible ce qui veut dire que vous avez plus de chance de contracter le virus”, a-t-il averti, expliquant que le “problème n’est pas que les enfants sont très susceptibles de l’attraper, mais qu’ils risquent de devenir des vecteurs de transmission”.

En vertu du nouveau lockdown qui devrait s’étendre jusqu’à six semaines, les ménages ne seront autorisés à quitter leurs foyers qu’une seule fois par jour pour faire de l’exercice, aller au travail “quand le télétravail n’est pas du tout envisageable”, pour une raison médicale ou pour faire des courses.

Les élèves seront à leur tour amenés à étudier à distance en attendant la réouverture des écoles, alors que les commerces “non essentiels” garderont portes closes.

M. Johnson a par ailleurs rassuré que le déploiement du vaccin en cours permettra d’alléger la pression sur les hôpitaux, qui “sont submergés par les cas”, promettant à cet effet de fournir suffisamment de doses pour vacciner tous les habitants des maisons de retraite en Angleterre.

Le Royaume-Uni est devenu lundi le premier pays à injecter à sa population le vaccin anti-Covid-19, développé par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca, en partenariat avec l’Université d’Oxford.

Selon le ministère britannique de la Santé, le gouvernement a commandé 100 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca-Oxford, dont 520.000 sont prêtes lundi. Le pays avait également commencé, il y a quelques semaines, le déploiement du vaccin Pfizer/BioNTech.

Outre l’Angleterre, l’Ecosse a annoncé un peu plus tôt un confinement général, “similaire à celui de mars” 2020, pour contrôler l’envolée des contaminations attribuée au variant du nouveau coronavirus.

Bouton retour en haut de la page
Fermer