Bien que l’Afrique du Sud ait fait des progrès significatifs dans la réduction des inégalités au cours des deux dernières décennies, le pays reste le plus inégal au monde, révèle vendredi un rapport de la Commission nationale de planification (CNP) sur les progrès économiques du pays vers la Vision 2030 du Plan de développement national (PND).

Le rapport, présenté par la commissaire Mariam Altman lors d’un webinaire, souligne que si les personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté sont passées de 51% de la population en 2006 à 36,4% en 2011, ce pourcentage a augmenté à 40% en 2016.

Les progrès sur les inégalités sont trop lents et les inégalités de revenus toujours endémiques et les pires au monde, fait constater le document, arguant que 90 à 95% de la richesse nationale est accaparée par une petite minorité, contre une moyenne mondiale de 55 à 60%. «Environ 5% de la richesse seulement se trouve entre les mains de 40% des plus pauvres de la population», lit-on dans le rapport qui admet que si l’emploi avait augmenté entre 2010 et 2019, les objectifs du Plan de développement n’étaient toujours pas atteints.

«Les principales préoccupations sont liées à la redistribution des terres, aux logements sociaux, au système d’enregistrement des titres de propriété, aux cotisations de retraite limitées et à l’endettement élevé», explique Mmme Altman.

Elle a indiqué que parmi les facteurs ayant contribué à cette mauvaise performance se trouvent des institutions faibles et un manque d’investissement dans les ressources humaines. «Investir dans les ressources humaines et dans des institutions résilientes sont des facteurs de différenciation essentiels entre les pays», soutient-elle.

Bouton retour en haut de la page
Fermer