Le nombre de cas confirmés positifs au COVID-19 a chuté au Niger depuis le 11 avril, a déclaré le gouvernement, après un examen de la situation des mesures prises dans le cadre de la riposte à la pandémie.

 “L’évolution de la pandémie est caractérisée par une augmentation progressive allant d’un à 40 cas confirmés positifs du 19 mars au 1er avril dernier, une relative baisse à 22 cas le 4 avril puis une remontée atteignant un maximum de 68 cas enregistrés le 11 avril”, selon le gouvernement, se réjouissant que depuis cette date, “le nombre de cas a connu une nouvelle chute pour se situer à 2 à la date du 21 avril dernier”.

 Cependant, a-t-il estimé, “cela ne doit pas faire baisser la vigilance. Le respect de toutes les mesures prises par le gouvernement s’impose afin d’arrêter la propagation de cette pandémie”.

 Par rapport à la capacité de dépistage et de prise en charge, le gouvernement se dit “en train de tout mettre en œuvre pour assurer la disponibilité des tests, des moyens de protection et des médicaments du protocole de prise en charge”.

 “La capacité d’hospitalisation est également en train d’être renforcée, (de même que) la prévention et le contrôle de l’infection, les opérations de désinfection des lieux contacts sont en cours et vont se poursuivre”, a affirmé dans un communiqué le gouvernement.

 En plus des mesures existantes, le conseil des ministres a pris d’autres dispositions complémentaires, notamment le renforcement des mesures de contrôle en ce qui concerne l’isolement de la ville de Niamey et l’assouplissement des horaires du couvre feu dans la capitale qui sont désormais fixés de 21H00 (20H00 GMT) à 5H00 (4H00 GMT).

 Selon un bilan officiel rendu public mercredi par le ministère nigérien de la Santé, 662 patients ont été déclarés positifs au COVID-19, parmi lesquels 447 sont en cours de traitement et 193 sont sortis guéris, tandis que 22 sont décédés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer