Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a appelé, mardi, le gouvernement du président du Nicaragua, Daniel Ortega, à cesser la répression de l’opposition dans ce pays.

“Les Etats-Unis appellent le régime Ortega au Nicaragua à cesser la répression, à restaurer les libertés civiles et à soutenir l’organisation d’élections libres et transparentes”, a déclaré le secrétaire d’Etat américain lors d’un déplacement au Costa Rica, où il a brièvement rencontré des réfugiés nicaraguayens.

Le Nicaragua, dirigé depuis 2007 par l’ex-guérillero sandiniste Daniel Ortega, traverse une grave crise politique depuis avril 2018.

Une première contestation contre une réforme de la sécurité sociale a évolué vers des manifestations réclamant le départ du président, accusé d’avoir instauré une dictature népotiste et corrompue, et des élections anticipées.

La répression a été sanglante. Plus de 325 personnes ont été tuées, près de 70.000 se sont exilées, des centaines d’opposants ont été emprisonnés et le pays est plongé dans une profonde récession économique.

Abordant la crise politique au Venezuela, Mike Pompeo a estimé que le gouvernement du président Nicolas Maduro n’avait fait “aucun signe” montrant sa disposition à la tenue d’élections libres.

“Nous n’avons vu aucun signe montrant que Maduro soit intéressé de près ou de loin par la tenue d’élections libres et équitables. Il sait qu’il perdrait”, a déclaré M. Pompeo.

Arrivé lundi à Bogota, première escale d’une tournée régionale, M. Pompeo s’est rendu mardi au Costa Rica avant d’aller en Jamaïque.

Bouton retour en haut de la page
Fermer