L’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni ont souligné l’impératif de donner “un nouvel élan” aux négociations sur leur relation future, actuellement dans l’impasse en raison de divergences profondes.

Les deux parties ont convenu qu'”un nouvel élan était nécessaire”, tout en appelant à “trouver rapidement un terrain d’entente sur les principes qui sous-tendent tout accord”, lit-on sur une déclaration commune publiée à l’issue d’une vidéoconférence de haut niveau entre les dirigeants européens et britannique.

La rencontre réunissait le Premier ministre britannique Boris Johnson avec le Président du Conseil européen Charles Michel, la Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le Président du Parlement européen David Sassoli, pour faire le point sur les résultats des négociations jusqu’à présent.

La déclaration fait état de discussions “constructives” sur les relations futures, en référence aux différents rounds de pourparlers post-Brexit menés par les négociateurs en chef David Frost, du côté britannique, et Michel Barnier, du côté européen, ce qui a permis aux deux parties de “clarifier” et de “mieux comprendre” leurs positions. Au total, quatre cycles ont pu être réalisés et des textes échangés malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19, rappelle le document.

Dans leur déclaration, les parties prennent note, par ailleurs, de la décision du Royaume-Uni de ne demander aucune prolongation de la période de transition, ce qui fait que la période de transition s’achèvera, comme prévu, le 31 décembre 2020, conformément aux dispositions de l’accord de retrait conclu avec Bruxelles.

Le Royaume-Uni avait confirmé “formellement” vendredi à l’Union européenne ne pas vouloir prolonger la période de transition expirant fin décembre pendant laquelle ils doivent s’accorder sur leur relation post-Brexit.

Se disant déterminées à travailler dur pour instaurer une relation qui fonctionnerait dans l’intérêt des citoyens de l’UE et du Royaume-Uni, les deux parties ont aussi confirmé leur attachement à “la mise en œuvre intégrale et dans les délais prévus de l’accord de retrait”, conclut la déclaration.

Les nouvelles discussions entre le Premier ministre britannique et les dirigeants de l’UE interviennent alors que les négociations entre Londres et Bruxelles sur leur relation future sont dans l’impasse en raison de profondes divergences.

Malgré l’absence de progrès, le négociateur en chef européen, Michel Barnier, avait estimé la semaine dernière au terme du quatrième cycle de pourparlers avec la délégation britannique qu’un “terrain d’entente” restait possible “dans le courant de l’été et au plus tard au début de l’automne”.

Le Royaume-Uni a formellement quitté l’UE le 31 janvier, pour entrer dans une période de transition, prévue jusqu’à fin décembre 2020, durant laquelle le pays continue d’appliquer, jusqu’à la fin de l’année, les normes de l’UE.

Cette période, dont une éventuelle prolongation doit être demandée avant le 1er juillet, vise à permettre à Londres et à Bruxelles de trouver un accord sur leur futur partenariat, cependant le calendrier s’annonce très serré vu la multitude des dossiers sur la table des négociateurs et les incertitudes liées à la crise du coronavirus.

Bouton retour en haut de la page
Fermer