Rien ne prédestinait cet informaticien à une vocation d’artiste-peintre, sauf que le destin en a décidé autrement. A sa sortie de coma, suite à un terrible accident de la route, il s’est découvert une passion pour les couleurs et les formes géométrique, peut-être dans une tentative de recoller les morceaux d’une vie antérieure dont il ne garde que de petits bouts de souvenir.

C’est avec un sourire de bébé tracé sur les lèvres, un regard innocent et timide que ce miraculé, qui a échappé à une morte certaine à l’âge de 18 ans, reçoit les passionnés qui sont venus à la découverte de son exposition “Voyage intérieur”, installée à la galerie Mined’art .

Derrière le choix des couleurs vives, des ondulations et des formes géométriques se cache un vécu, particulièrement terrible qui a mené Mustapha Mezian vers le monde de la peinture qui deviendra alors un reflet d’un propre intérieur et une forme de thérapie.

Dans un entretien à la MAP, l’artiste peintre explique que ses œuvres sont le fruit d’une “nouvelle naissance” et d’une “réincarnation”. Il raconte qu’en 2002, il était victime d’un accident de la route qui le plonge dans un coma. À son réveil, c’est une nouvelle vie qui s’offre à lui.

“Je ne me souviendrai que de peu de chose de ma vie passée. J’ai vu naitre en moi une passion qui m’était jusqu’alors inconnue: la peinture”, confie-t-il, qui garde des marques physiques visibles de cet événement tragique.

En plein convalescence, la peinture devient pour Mustapha Mezian synonyme de thérapie et un outil d’expression autre que la parole. “Lorsque je peins, je suis en transe (…) La peinture est une source d’évasion”.

L’année 2005 marque un tournant décisif dans  la vie de l’artiste. Guidé par son pinceau, ce passionné d’informatique réalise d’emblée, d’une manière totalement spontanée, une œuvre qui marquera le début de sa carrière artistique et ce n’est autre que son propre portrait

“Il me semble que c’était une manière pour moi d’exorciser mes démons, mes peurs et mes angoisses qui sont des tâches sombres de ma vie”, indique -t-il. “J’associe les couleurs vives aux formes à la fois ondulatoires et géométriques et la couleur devient alors une manière pour moi de célébrer la vie que je redécouvre de nouveau” a notamment indiqué l’artiste.

Mustapha Mezian ne se consacre à temps plein à la peinture qu’à partir de l’année 2018, où il crée notamment sa signature artistique, en s’inspirant de l’œuvre des monstres sacrés des arts plastiques qui le fascinent, comme Melihi, Kandinsky ou encore Miro.

Bien qu’autodidacte, Mustapha Mezian baigne néanmoins dès son enfance dans le monde de l’art, en immersion dans l’atelier de sa tante qui n’est autre que la célèbre Meriem Mezian, peintre marocaine de renommée internationale.

Pour sa première exposition individuelle, l’artiste emmène le contemplateur dans un univers cosmique prédominé par la présence de la couleur. Il s’agit d’une invitation à l’évasion et au voyage intérieur. “Les couleurs vives m’inspirent la vie”, ne cesse-t-il de répéter.

Bouton retour en haut de la page
Fermer