Avec l’annonce mardi par le Kremlin de la formation d’un nouvel Exécutif suite à la démission du gouvernement de Dmitri Medvedev, la Russie a pris des mesures importantes pour réaliser les réformes et les chantiers de développement, renforcer son rôle sur la scène régionale et internationale et mettre en œuvre les amendements constitutionnels prévus.

La formation d’un nouveau gouvernement russe intervient après la baisse sensible de la popularité de M. Medvedev ces dernières années, notamment à cause d’une économie et d’un pouvoir d’achat stagnant dans le pays, qui cherche à jouer un rôle central dans des dossiers et des questions internationales sensibles.

L’annonce du gouvernement du nouveau Premier ministre russe, Mikhail Michustin, intervient à la lumière des changements accélérés que connait le pays, en particulier ceux annoncés la semaine dernière par le président Vladimir Poutine au sujet des amendements constitutionnels.

Le chef de l’Etat, dont le mandat prendra fin en 2024, entend à travers la nomination d’un nouveau gouvernement réaliser des réformes politiques qui conduiront à des changements importants de nature à renforcer le pouvoir du Premier ministre et du Parlement, et à consacrer les réformes structurelles visant à améliorer les conditions de vie des Russes.

Il a souligné, lors d’une réunion avec les membres du nouveau gouvernement, que “la tâche principale du nouveau gouvernement consiste à améliorer le bien-être du peuple et à renforcer le rôle de l’Etat, souhaitant plein succès au nouveau gouvernement dans sa mission pour réaliser les aspirations du peuple russe.

Dans son dernier discours annuel, le président Vladimir Poutine avait annoncé une série de mesures politiques et économiques visant à mettre en place un gouvernement qui oeuvre à apporter des solutions aux problèmes posés, en réduisant le niveau de pauvreté et en améliorant le niveau de vie des Russes.

Pour mettre en œuvre ces mesures et obtenir les résultats escomptés, M. Poutine a décidé de former un nouveau gouvernement dirigé par M. Michustin, en tenant compte de son expérience et de son expertise en tant que directeur du Service fiscal fédéral, et de son succès dans l’introduction de la numérisation fiscale de l’administration, ce qui a contribué à alléger la charge des procédures bureaucratiques des hommes d’affaires et des citoyens et à augmenter les recettes fiscales de l’Etat à 21,3 billions de roubles (environ 346 milliards de dollars) en 2018, soit une multiplication par 2,76 des recettes depuis sa prise de fonction en 2010.

Depuis sa nomination au poste de Premier ministre, M. Michustin a déclaré que le gouvernement mettra l’accent sur la relance de la croissance économique et “l’amélioration du niveau de vie des citoyens”.

Dans son premier discours devant la Douma (chambre basse du Parlement), le nouveau Premier ministre a annoncé la disponibilité immédiate des ressources pour mener à bien les chantiers économiques, notant à cet égard que “grâce à la stabilité macroéconomique et aux excédents budgétaires, nous avons les ressources pour mener à bien les tâches fixées par le président russe”.

Le président Poutine a fixé au nouveau gouvernement l’objectif de réaliser une croissance annuelle des investissements de 5 pc et d’augmenter leur part dans le PIB de 21 à 25 pc d’ici 2024.

Le président Poutine avait indiqué que les bas salaires dans divers secteurs d’activité dans le pays constituent une “menace directe” pour le bien-être des citoyens russes, soulignant que l’augmentation du niveau des revenus est une tâche majeure pour le gouvernement et la Banque centrale russe.

Le nouveau gouvernement russe comprend neuf vice-Premiers ministres, dont le premier est l’ancien conseiller économique du président russe, Andrei Belooussov. Il est également marqué par le départ de 14 ministres, dont ceux de la Culture, du Développement économique, de la Santé, de l’Enseignement supérieur, des Sports, du Développement numérique, des communications et des médias, du Travail, tandis que 12 ministres ont conservé leurs portefeuilles ministériels, notamment les ministères de la Défense, des Affaires étrangères, de l’Energie et de l’Intérieur.

Concernant les tâches du nouveau gouvernement, la banque d’investissement “Renaissance Capital” affirme que l’action du gouvernement précédent était liée à la gestion de la crise et au renforcement des réserves d’or et de devises du pays à la lumière des sanctions occidentales et des prix bas du pétrole, outre la réforme du système de retraites, tandis que le nouvel Exécutif aura pour mission de soutenir la croissance économique et la mise en œuvre de projets nationaux voulus par le président Poutine.

Bouton retour en haut de la page
Fermer