Mitsubishi Corp, la plus grande entreprise de négoce du Japon en termes de chiffre d’affaires, a annoncé vendredi la perte de 320 millions de dollars causée par l’un de ses traders à Singapour après avoir effectué des transactions non autorisées sur des produits dérivés du pétrole brut.

Le porte-parole de la société a déclaré qu’il s’agit de la première perte de ce type dans l’histoire de Mitsubishi.

Il s’agit peut-être de la plus grosse perte sur les marchés pétroliers depuis que la société chinoise Sinopec Corp a annoncé avoir perdu environ 700 millions de dollars en couverture du brut.

Le trader a été impliqué à plusieurs reprises dans des transactions de dérivés non autorisées et les avait déguisées en opérations de couverture depuis janvier 2019, a déclaré l’entreprise nippone, ajoutant que l’affaire a été signalée à la police et que le contrat du trader a été résilié.

Le porte-parole de Mitsubishi n’a pas donné de précisions sur l’impact de cette perte sur les bénéfices de l’entreprise. A fin mars de cette année, le chiffre d’affaires a dépassé 5 milliards de dollars.

Fondée en 1954, Mitsubishi a la réputation d’être une entreprise avisée et n’a annoncé sa première perte annuelle qu’en 2016, lorsque les marchés des produits de base se sont effondrés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer