Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a souligné mercredi la détermination de l’Union européenne à protéger ses frontières.

“Nous sommes déterminés à protéger les frontières extérieures de l’UE et soutenir la souveraineté de la Grèce”, a affirmé le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité lors d’une visite à la frontière gréco-turque en compagnie du ministre hellénique des Affaires étrangères, Nikos Dendias.

“Aujourd’hui, après un bref répit en raison de la pandémie, la Turquie a de nouveau déclaré que ses frontières terrestres avec l’Europe étaient ouvertes”, a indiqué, pour sa part, le ministre grec, qui a dit craindre une nouvelle vague migratoire «encouragée par Ankara».

“Dans le même temps, les garde-côtes (turcs) escortent des bateaux chargés de migrants vers les îles grecques”, a dit M. Dendias, ajoutant que la Turquie “persiste à saper la sécurité et la stabilité, ainsi que la paix, en Méditerranée orientale”.

M. Borrell a dit “partager (cette) inquiétude” et tout mettre en œuvre “pour arrêter cette dynamique d’escalade (des tensions)”.

Lors d’un entretien à Athènes avec le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, le chef de la diplomatie européenne a également exprimé sa volonté d’instaurer “de la confiance et un dialogue avec la Turquie” pour stabiliser la région.

“Pour qu’on puisse construire une relation de confiance, il est important que la Turquie arrête ses actions provocatrices qui enfreignent clairement les droits souverains de la Grèce ainsi que ceux de Chypre”, a estimé, pour sa part, M. Mitsotakis.

Fin février, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, avait annoncé qu’il laisserait passer les migrants désireux se rendre dans l’UE, et des dizaines de milliers de réfugiés avaient alors afflué en direction de la Grèce, au poste-frontière de Kastanies.

Bouton retour en haut de la page
Fermer