La chancelière allemande, Angela Merkel a assuré jeudi disposer d’un “éventail d’accords beaucoup plus large” avec Joe Biden qu’avec Donald Trump, malgré des points de friction persistants, notamment sur le projet controversé de gazoduc russe Nord Stream 2.

“Si vous regardez simplement les décrets qui ont été signés hier (mercredi par M. Biden), vous pouvez voir que nous pouvons travailler ensemble à nouveau” sur des domaines comme le climat ou l’immigration, a salué lors d’une conférence de presse la chancelière allemande.

Dans le même temps, “nous savons qu’avec l’investiture du nouveau président américain (…) il y aura aussi des discussions sur la manière de faire les choses bien pour les deux pays”, a ajouté Mme Merkel, soulignant qu’il ne fallait pas s’attendre à un consensus sur tous les sujets.

“On dit partout, à juste titre, que l’Europe devra assumer davantage de responsabilités, non seulement sur le plan militaire, mais aussi sur le plan diplomatique et dans de nombreux autres domaines, mais la bonne nouvelle, c’est que nous, en Allemagne, sommes prêts à le faire et que l’Union européenne l’est aussi”, a-t-elle ajouté.

Mais “la coopération est simplement basée à nouveau sur une fondation plus large de convictions communes”, s’est-elle félicité.

Parmi les points de désaccord appelés à persister avec la nouvelle administration, la chancelière a mentionné le projet controversé de gazoduc Nord Stream 2, qui va acheminer du gaz russe vers l’Allemagne et l’Europe, auquel sont opposés tant démocrates et que républicains américains.

“Mon attitude à l’égard de Nord Stream 2 n’a pas changé”, a indiqué Mme Merkel, interrogée sur le maintien de ce projet malgré les tensions avec la Russie, notamment après la récente incarcération de l’opposant Alexeï Navalny.

Mme Merkel a aussi renouvelé ses critiques à l’égard des sanctions extra-territoriales que menacent d’appliquer les Etats-Unis aux entreprises européennes impliquées dans ce projet.

Bouton retour en haut de la page
Fermer