La Turquie a appelé mardi l’Union européenne à jouer un rôle de médiation “juste et honnête” pour régler les contentieux en Méditerranée orientale avec la Grèce et Chypre, à l’approche d’un sommet européen qui abordera la question de sanctions contre Ankara.

“L’Union européenne devrait jouer un rôle de médiation juste et honnête”, a déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, lors d’une conférence de presse à Ankara avec son homologue hongrois Peter Szijjarto.

Des sanctions contre Ankara sont à l’ordre du jour du sommet européen du 10 décembre, en raison des travaux d’exploration gazière menés par la Turquie en Méditerranée orientale dans des zones maritimes disputées avec la Grèce et Chypre.

L’Union européenne a condamné vendredi la poursuite des “actes unilatéraux” et la “rhétorique hostile” de la part de la Turquie.

M. Cavusoglu a rejeté ces accusations, affirmant que la Grèce a refusé le dialogue malgré la suspension par Ankara de ses activités de forage à deux reprises.

Le navire de recherche turc Oruç Reis “a mis fin à ses activités le 29 novembre. Mais la Grèce continue de trouver des prétextes pour éviter le dialogue. L’UE devrait voir cette réalité”, a-t-il déclaré.

Le ministre turc des Affaires étrangères a aussi loué “la solidarité” entre la Hongrie et la Turquie.

“La Hongrie est un pays qui s’oppose ouvertement aux injustices. Nos attitudes convergent dans ce sens. Nous n’avons jamais approuvé le deux poids, deux mesures et l’hypocrisie infligés à la Hongrie”, a-t-il affirmé.

M. Cavusoglu a aussi exprimé son souhait de voir “le bon sens” prévaloir au sein de l’UE et les relations entre Ankara et Bruxelles se développer avec une approche “gagnant gagnant”.

L’UE avait adressé en octobre une proposition d’ouverture à Ankara, assortie d’une menace de sanctions si la Turquie ne cessait pas ses actions.

Mais plusieurs États membres, dont l’Allemagne, sont opposés à l’adoption de sanctions.

Les tensions entre Athènes et Ankara se sont intensifiées avec le déploiement en août par la Turquie du navire Oruç Reis pour procéder à des explorations dans des zones maritimes disputées avec la Grèce et Chypre.

Ankara a annoncé fin novembre le retour au port de l’Oruç Reis.

Bouton retour en haut de la page
Fermer