La Commission européenne a dévoilé, mardi, son nouvel agenda pour le voisinage sud de la Méditerranée dans lequel elle a consacré la centralité du partenariat privilégié avec le Maroc et exprimé son ambition pour la coopération à venir dans les secteurs qui constituent une priorité dans le cadre des relations bilatérales.

Outre son Statut avancé avec l’UE, le Royaume, rappelons le, avait été élevé au rang de “partenaire de l’Europe pour une prospérité partagée” au cours de la dernière session du Conseil d’Association en juin 2019.

Dans sa communication commune adressée au Parlement européen, au Conseil de l’UE, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions sur le nouvel agenda pour le voisinage sud de la Méditerranée, l’exécutif européen insiste sur le caractère stratégique de sa coopération avec le Maroc dans plusieurs domaines.

«Nous avons défini pour chaque pays partenaire, des propositions et des programmes spécifiques. Ce que nous proposons pour le Maroc, par exemple, est différent de ce que l’on propose pour d’autres pays», a affirmé à la MAP, le Commissaire européen chargé de la politique du voisinage, Olivér Várhelyi, lors d’une conférence de presse.

En effet, la Commission européenne se propose de récompenser la résilience de l’économie marocaine notamment dans le contexte de la crise sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19, en soutenant le plan de relance économique à travers la participation au financement de projets dans le cadre du Fonds d’investissement stratégique mis en place par SM le Roi Mohammed VI.

Elle se propose également d’appuyer la fourniture de services sociaux inclusifs, notamment dans les domaines de l’éducation, des compétences et de la santé. L’UE soutiendra aussi la réforme de l’enseignement supérieur dans le but de le moderniser et d’améliorer sa pertinence pour le marché du travail.

Dans le domaine de l’économie durable, l’UE accompagnera le Maroc pour accélérer la transition vers une économie circulaire, à faibles émissions, inclusive et résiliente, en soutenant les investissements durables, ainsi qu’en améliorant la gestion et le traitement des déchets et des eaux usées.

Elle renforcera également son soutien au déploiement d’un système de protection sociale moderne et équitable en vue d’améliorer la protection des personnes les plus vulnérables.

S’agissant de la transformation numérique, l’UE aidera le Maroc à devenir membre associé du programme-cadre de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation (Horizon Europe) pour la période 2021-2027.

Parallèlement au financement de l’infrastructure numérique et au renforcement de sa fiabilité, de sa capacité et de sa sécurité, l’UE soutiendra l’écosystème numérique et d’innovation du Royaume.

En matière de transition et de sécurité énergétiques, l’agenda de l’instrument de voisinage avec le Maroc comprend l’élargissement du soutien européen aux efforts du Royaume pour atteindre ses objectifs ambitieux en matière d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, tout en prenant en compte l’utilisation de l’eau et l’efficacité des ressources.

L’UE continuera dans ce sens de soutenir les infrastructures d’énergies renouvelables et de renforcer sa coopération technique et financière en vue d’accélérer la production d’hydrogène vert.

S’agissant des systèmes alimentaires durables, de l’agriculture et du développement rural, l’UE contribuera à l’initiative marocaine « Génération Green » qui est une politique sociale et économique volontariste visant à rendre les activités agricoles plus rémunératrices et à promouvoir les pratiques climato-intelligentes au service d’une agriculture durable.

L’UE s’engage à cet effet à soutenir les efforts visant à stimuler la productivité et la compétitivité du secteur agricole marocain.

A rappeler que l’Union européenne apporte son soutien au Maroc principalement à travers l’instrument de voisinage avec 1,4 milliard d’euros pour la période 2014-2020.

Le Maroc a bénéficié de 30 millions d’euros supplémentaires en 2020 du mécanisme incitatif suite aux progrès réalisés dans les réformes socio-économiques.

Le Royaume bénéficie également des programmes et instruments thématiques de l’UE, tels que l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme et celui concernant les organisations de la société civile au titre de la coopération au développement depuis 2014 pour un total de 14,5 millions d’euros.

Bouton retour en haut de la page
Fermer