La première Commission maroco-britannique de l’enseignement supérieur a eu lieu, mercredi 22 janvier, à Londres, dans l’enceinte du campus de l’Université de Coventry.

Présidée par le ministre délégué chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Driss Ouaouicha et du ministre d’État britannique au commerce international, Conor Burns, en présence de l’ambassadeur du Royaume-Uni à Rabat, Thomas Reilly, et du directeur du British Council au Maroc, Tony Reilly, cette commission vise à renforcer davantage la coopération entre le Maroc et le Royaume-Uni dans les domaines académiques et scientifiques en vue de hisser cette relation au rang d’un partenariat stratégique.

A cette occasion, M. Burns a souligné que la tenue de cette commission témoigne de “l’engagement du Royaume-Uni à développer les relations avec le Royaume du Maroc dans le domaine de l’éducation qui constitue, pour nous, un partenaire clé en Afrique”.

Il a aussi exprimé la disposition de son pays à accompagner le Maroc dans les différents chantiers de réformes engagés, notamment l’apprentissage de la langue anglaise.

Pour sa part, M. Ouaouicha s’est félicité de la qualité des échanges et des discussions ayant eu lieu avec les hauts responsables politiques et académiques britanniques, exhortant les membres de la Commission à “identifier des actions de coopération concrètes, sous forme d’une feuille de route précise aux objectifs clairement définis”qui seront évalués périodiquement.

Cette rencontre qui intervient en marge de la participation marocaine au World Education forum 2020 à Londres et qui s’inscrit dans le cadre de la deuxième session du dialogue stratégique tenu en septembre dernier à Rabat, porte autour de 4 axes principaux, a ajouté M. Ouaouicha, dans une déclaration à la MAP.

Le premier axe, explique-t-il, porte sur la recherche scientifique et la coopération entre enseignants et chercheurs marocains et britanniques, tandis que le deuxième est relatif à la qualité, a-t-il poursuivi, notant que les Britanniques ont une ancienne commission en charge du suivi de la qualité dans toutes les universités britanniques, dont le Maroc souhaite tirer profit.

Le troisième axe porte quant à lui sur l’échange universitaire et la mobilité des étudiants, des enseignants chercheurs mais aussi des cadres administratifs en vue d’échanger les expériences respectives, tandis que le quatrième axe concerne l’amélioration du rendement pédagogique et le renfoncement de l’usage de la langue anglaise dans les sciences et techniques.

Enfin, poursuit le ministre, cette rencontre intervient dans un contexte très spécial pour les deux pays, à savoir la sortie du Royaume Uni de l’Union européenne alors qu’il est à la recherche de partenaires stratégiques mais aussi la dynamique pour l’amélioration du rendement intérieur et extérieur du système d’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

De son côté, le directeur-pays du British Council au Maroc a souligné que l’établissement de la commission maroco-britannique d’éducation permettra de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de l’éducation, encourager les étudiants marocains à étudier au Royaume Uni, examiner les moyens de développer de partenariats dans le domaine de la recherche et fournir une assistance technique dans le but de développer la qualité du système de l’enseignement supérieur au Maroc.

Les participants aux travaux de la Commission maroco-britannique de l’enseignement supérieur ont, après présentation des systèmes d’enseignement supérieur dans les deux pays, examiné, à travers des ateliers thématiques, les potentialités qu’offre la coopération bilatérale, en particulier celles relatives à la mobilité étudiante et l’éducation transnationale, au développement pédagogique, à la gouvernance et la qualité et à la recherche et innovation. Ils ont convenu d’établir une feuille de route conjointe pour matérialiser, dans les meilleurs délais, les principales recommandations issues des travaux de cette Commission.

La coopération entre le Royaume du Maroc et le Royaume-Uni est régie par un accord culturel, signé à Rabat le 27 octobre 1980, et par un Mémorandum d’Entente en matière de coopération technique, scellé à Rabat, le 17 septembre 2019, lors du Dialogue stratégique Royaume du Maroc – Royaume-Uni.

Il existe une vingtaine d’accords inter-universitaires établis entre les deux pays et plus de 700 étudiants marocains poursuivent leurs études supérieurs dans les prestigieuses Universités du Royaume-Uni. Il est également à noter que Rabat et Casablanca ont respectivement accueilli, les 15 et 17 janvier courant, le Salon des études supérieures au Royaume-Uni, dans sa 6ème édition auquel ont pris part 23 Universités britanniques pour partager avec les étudiants marocains le système éducatif au Royaume-Uni, les établissements académiques, les cursus, le visa et le logement.

Bouton retour en haut de la page
Fermer