Le Maroc et le Bahreïn se sont engagés, jeudi à Manama, à renforcer leur coopération judiciaire, notamment en matière d’infractions de terrorisme, de corruption et de blanchiment d’argent.

A cette occasion, M. Mohamed Abdennabaoui, procureur général du Roi près la Cour de cassation, et chef du ministère public marocain, et Ali ben Fadl Al Bouaynin, procureur général de Barhreïn, ont signé un mémorandum d’entente, qui prévoit une coopération entre les deux parties dans les domaines liés aux infractions de terrorisme, de corruption et de blanchiment d’argent ainsi qu’au crime international organisé, à la traite des personnes et à l’immigration illégale.

L’accord prévoit également une coopération en matière de criminalité financière et économique, de fabrication et de trafic de stupéfiants, de la cybercriminalité et de la criminalité informatique.

En vertu de ce mémorandum, les deux parties conviennent d’échanger leurs compétences professionnelles et juridiques par le biais de conférences, séminaires, conférences spécialisées et ateliers qu’elles organisent ou auxquels elles participent. Elles peuvent aussi participer aux projets de développement entrepris par l’une d’entre elles au service des aspects juridique, institutionnel et technique.

Ce protocole prévoit également l’échange de publications, de recherches et d’études juridiques et institutionnelles préparées par des experts des deux côtés dans le but d’enrichir les connaissances, de développer les capacités, d’organiser des réunions et des visites réciproques afin d’étudier des affaires d’intérêt commun essentielles et de mettre en place les mécanismes nécessaires pour les réaliser.

Conformément à ce protocole, les parties échangent en permanence toutes les informations concernant leurs systèmes juridiques et leurs législations respectives, ainsi que les meilleures pratiques en matière d’enquête et de poursuites.

Ce mémorandum est ouvert à tous les aspects de la coopération autorisée par la loi et les accords judiciaires liant les deux pays, a déclaré à la presse M. Abdennabaoui, notant que l’objectif est de développer les relations judiciaires entre les deux parquets et d’échanger les expériences et les meilleures pratiques.

Dans une déclaration similaire, M. Al Bouaynin a affirmé que ce mémorandum, qui reflète les relations distinguées entre les deux pays, vise à échanger les savoir-faire entre les deux royaumes, louant à cet égard la grande expérience du ministère public marocain en la matière.

Un peu plus tôt à Manama, M. Abdennabaoui s’était entretenu avec le procureur général du Bahreïn et le ministre bahreïni de la Justice, des Affaires islamiques et des donations, Cheikh Khalid bin Ali Al Khalifa, sur les moyens de renforcer la coopération judiciaire entre les deux pays.

Bouton retour en haut de la page
Fermer