Les injections de Bank Al-Maghrib (BAM) sur le marché monétaire au titre de la semaine allant du 02 au 05 novembre courant se sont inscrites en baisse, selon Attijari Global Research (AGR).

La Banque centrale continue ainsi de parfaitement réguler le marché monétaire à travers sa stratégie expansive visant à contenir l’évolution des taux interbancaires autour du taux directeur à 1,50%, estiment les analystes d’AGR.

Dans une note d’analyse hebdomadaire du comportement des marchés monétaire et obligataires, les analystes d’AGR relèvent que BAM satisfait 100% de la demande bancaire en retirant 1 milliard de dirhams (MMDH) du circuit monétaire et ce, à travers ses avances à 7 jours, précisant que ces derniers s’établissent à 42 MMDH contre 43 MMDH une semaine auparavant, portant ainsi le montant total servi à travers les opérations principales de BAM à 105,7 MMDH.

À cet effet, les pensions livrées, les prêts garantis et les swaps de change totalisent 63,7 MMDH et demeurent inchangés par rapport à la semaine dernière, soulignent les analystes de la filiale d’Attijariwafa bank.

À l’approche de la fin d’année, les placements du Trésor à blanc et avec prise en pension poursuivent leur baisse en raison des pressions croissantes sur les finances publiques. L’encours moyen des placements s’établit ainsi à 1,6 MMDH contre plus de 7,5 MMDH observés lors de la semaine précédente.

Du côté du marché obligataire, comme anticipé, le Trésor augmente son recours au marché intérieur de la dette publique afin de satisfaire ses besoins importants de financement, explique la note d’AGR, notant que ces derniers s’établissent à plus de 15 MMDH pour le mois de novembre, soit plus que le double de ceux annoncés en octobre et une hausse de près de 60,0% par rapport à la moyenne observée durant les 3 derniers mois.

Cette semaine, le Trésor lève 4,5 MMDH principalement sur le court terme, face à une demande relativement faible n’excédant pas les 5MMDH. Par conséquent, le taux de satisfaction de la séance ressort à 91,0%.

Parallèlement, les pressions sur les finances publiques ont impacté à la hausse les taux primaires, indiquent les analystes, ajoutant que les maturités 13 et 52 semaines se sont appréciées de 4,0 et de 7,0 PBS respectivement, tandis que la maturité 2 ans a connu une hausse limitée de 2,0 PBS.

Au terme de cette deuxième séance d’adjudication, le montant cumulé des levées du Trésor ressort à 7,6 MMDH et tenant compte des besoins annoncés du Trésor durant le mois de novembre, le reliquat à financer d’ici la fin du mois s’élève à plus de 7 MMDH, conclut la note.

Bouton retour en haut de la page
Fermer