Le candidat présumé du parti démocrate à la présidentielle aux Etats-Unis, Joe Biden, a appelé mardi le Congrès à adopter des réformes policières pour lutter contre les inégalités raciales, tout en accusant le président Donald Trump de se servir de l’armée pour réprimer les manifestants contre la mort de George Floyd.

S’exprimant depuis l’hôtel de ville de Philadelphie, l’une des dizaines de villes émaillées par des troubles civils après la mort de Floyd il y a une semaine, Biden a explicitement accusé le locataire de la Maison Blanche d’avoir abusé de son autorité de commandant en chef en ordonnant au personnel militaire de disperser les manifestants afin qu’il puisse “mettre en scène une photo op dans une noble église”.

Le président américain avait ordonné à la police militaire de nettoyer la zone autour de la Maison Blanche lundi soir afin qu’il puisse traverser la rue pour poser pour une photo tenant une Bible devant l’église historique de Saint-Jean, qui a été incendiée par des vandales la semaine dernière.

Les derniers mots de George Floyd sont “un signal d’alarme pour notre nation”, a encore indiqué l’ancien vice-président américain.

“Ils parlent à une nation où trop souvent la couleur de votre peau met votre vie en danger”, a-t-il dit.

L’ancien vice-président de Barack Obama a énuméré plusieurs projets de loi qui, selon lui, pourraient être adoptés immédiatement pour lutter contre la brutalité policière, y compris une législation qui interdirait les étranglements, limiterait le transfert des “armes de guerre” aux services de police et créerait un nouveau modèle de surveillance et de reddition des comptes à adopter au sein des forces de l’ordre.

La campagne du président Trump n’a pas tardé à riposter, accusant Biden de se tenir aux côtés des “émeutiers, des gens qui brûlaient des entreprises dans les communautés minoritaires et causaient le chaos, en faisant un don pour verser une caution en faveur des personnes arrêtées”.

“Il a clairement fait le calcul politique grossier que les troubles en Amérique sont un avantage pour sa candidature”, a déclaré la porte-parole de la campagne Trump, Katrina Pierson.

Bouton retour en haut de la page
Fermer